Sign in
Download Opera News App

 

 

(Opinion) Mamadou Koulibaly : l’autre option de Gbagbo et Bédié pour 2025

L’actualité ivoirienne est cristallisée cette semaine par les réactions consécutives aux propos de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo. L’opposition significative et le régime Ouattara affûtent leurs armes pour la présidentielle 2025. La Constitution de novembre 2016 ayant sauté la limite d’âge, un match retour Laurent Gbagbo – Alassane Ouattara n’est pas à exclure. A moins que l’actuel chef de l’Etat réussisse à ramener, comme il le souhaite, la limite d’âge pour contraindre ses adversaires politiques à la retraite. Dans ce cas, la toute dernière arme de l’opposition politique reste Mamadou Koulibaly.

Dans une Côte d’Ivoire ancrée dans le culte de la personnalité et dans laquelle les partis politiques adossées aux ethnies, font office de seconde religion, il est difficile de louer les valeurs du candidat Mamadou Koulibaly.

S’attaquant aux véritables thématiques de la Côte d’Ivoire, avec à l’appui des propositions concrètes, Mamadou Koulibaly transcende les ethnies et ne tire point sur la corde tribale. Difficile de faire la politique autrement comme il le fait face à l’analphabétisme et au fanatisme de certains Ivoiriens.

Sinon, la méthode Koulibaly est connue : régime parlementaire pour éviter la concentration des pouvoirs qui consacre l’homme Dieu, le régime hyper présidentialiste. Austérité budgétaire, réduction des lignes internationales ou voyages à l’étranger des officiels, lutte contre la surfacturation, rupture avec le franc Cfa…sont des combats qui qualifient le professeur agrégé en sciences économiques à 30 ans.


Son combat contre la corruption reste encore présent dans les esprits à travers la dénonciation du renouvellement des contrats de Bolloré sans appel d’offres, la dénonciation du favoritisme au concours d’entrée à l’école de Police, accusant son collègue, le regretté ministre de l’intérieur Désiré Tagro… Et ce, dans le sens de son leitmotiv : Justice, liberté et souveraineté. 

La retransmission en direct des débats parlementaires, la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur les crimes de la rébellion et le scandale des déchets toxiques en 2006 s’inscrivent dans cette transparence voulue par Mamadou Koulibaly, alors chef du parlement ivoirien.

C’est à juste titre que le professeur, tel un éclaireur, dessille les esprits à travers son émission ‘‘Les Jeudis, c’est Koulibaly’’. Un rendez-vous hebdomadaire pour la formation des citoyens, l’accès facile à la politique à travers des propositions aux problèmes d’actualité.

En somme, le spectre de l’affrontement des blocs politiques, plane à nouveau sur la Côte d’Ivoire. Les Ivoiriens ont à nouveau le choix entre l’émotion, le fanatisme, le culte de la personnalité et leurs corollaires de victimes et le débat des idées dans la non violence.

 

Cyrille NAHIN 

Content created and supplied by: Cyrille_NAHIN (via Opera News )

alassane ouattara laurent gbagbo mamadou koulibaly

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires