Sign in
Download Opera News App

 

 

Accusé d'avoir les mains liés : le camp KKB dit ses vérités aux Ivoiriens

7 mois déjà qu'il a été nommé par le chef de l’état, Alassane Ouattara en tant que ministre de la réconciliation nationale, mais pour une partie de l'opinion publique Ivoirienne, l'influence de Kouadio Konan Bertin, dit KKB, manque clairement de visibilité.

Le rôle du ministre, par ailleurs, doublement candidat malheureux aux scrutins présidentiels de 2015 et 2020, a été encore plus gravement remis en cause ces dernières semaines, lors de l'accueil de Laurent Gbagbo le 17 Juin, au cours duquel KKB, tout autant que les autres membres du gouvernement, a brillé par son absence, mais aussi après la sortie d'Adama Bictogo, directeur exécutif du RHDP, le 12 Juillet, affirmant que "Nous n'avons pas besoin de dialogue national inclusif".

Face à la vague de critiques, suscitée par ces deux événements contre la posture du ministre, qui s'en convainquent certains, à l'image du Dr Foua Alexis, "doit démissionner", si ses marges de manœuvre sont réduites, nous avons joint ce Lundi 19 Juillet, l'un de ses plus proches collaborateurs, en la personne d'Eugène Djue, conseiller technique du Ministre de la Réconciliation nationale, pour avoir sa réaction suite à ces accusations.

"En Côte d'Ivoire, tout le monde doute de tout. Et parfois il arrive même que certaines personnes doutent d'elles mêmes. C'est bien dommage. Mais il nous faut faire confiance. La Réconciliation nécessite une implication de tous. Chacun doit se demander ce qu'il faut chaque jour à son propre niveau pour que la situation passe à la normale. C'est de cela qu'il s'agit. Sinon, il est évident qu'après avoir traversé des crises si graves, se réconcilier, tout en étant une obligation n'est pas une partie de plaisir. Mais l'essentiel est de savoir que c'est la seule option qui garantit le salut. Et qu'en conséquence, chacun doit y mettre du sien en laissant derrière lui-même ses propres douleurs, ses meurtrissures, ses rancœurs, ses doutes et surtout son ego pour pardonner et demander pardon", rappelait-t-il à ceux qui doutent de la capacité de KKB à mener à bien sa mission.

Ceci est, précise Eugène Djue, "une autre manière au lieu de se demander si le Ministre a les mains libres, chacun doit chercher ce que faire pour que la Réconciliation soit une réalité incontournable".

Pour conclure, celui qui dirige également la plate-forme "Aimons Nous Vivants" lance cet appel aux Ivoiriens : "Mettons fin à nos propres doutes et suspicions. Posons nous la bonne question : que dois je faire pour que la Paix et la Reconciliation soient Car c'est le seul gage du salut de notre pays, voilà".

Comment le Mr Réconciliation du gouvernement Ivoirien, pourra-t-il fédérer acteurs politiques et populations autour de ses idéaux ? La question reste pendante.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alassane ouattara camp kkb laurent gbagbo rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires