Sign in
Download Opera News App

 

 

Lutte contre la corruption : le jour où la tête d’un "grand type" tombera, le peuple s'alignera

La lutte contre la corruption est depuis ces derniers mois l’agenda ferme des autorités ivoiriennes. Une telle initiative ne peut que réjouir les populations qui ont toujours crié leur soif de justice et de transparence. Les cibles de cette lutte qui s’annonce acharnée sont certes dans toutes les couches sociales et toutes les administrations mais pour une fois, il me semble qu’il faille voir les choses autrement.

       Le jour où la tête d’un ‘’grand type’’ tombera, le grand peuple prendra conscience et s’alignera car dans tous les pays du monde, comme chez nous en Côte d’Ivoire, les autorités administratives sont, comme dans un orchestre, le métronome qui donne la bonne mesure. Si ce rôle est joué pleinement, il n’y a pas de raison que le grand peuple, comme des choristes, suivent.

       Malheureusement, en dépit de la succession de tous les régimes, des enquêtes qui mettent en cause des ‘’grands types’’, aussi bien dans le milieu politique que dans les hautes finances, ‘’sont toujours en cours’’. On parle d’achat de conscience au cours des élections mais jamais aucun homme politique n’a été humilié pour l’exemple ; on parle de ‘’réseaux’’ dans les concours mais jamais aucun grand de la chaine des concours n’a une fois été inquiété ; on parle de racket mais aucun gradé du corps de la police n’a été sous le feu des journaux. Des DAAF qui ne sont que des exécutants sont dégommés sans que leurs mandants ne soient inquiétés.

     Pourtant, de tous ces corps sociaux, seuls les plus petits font régulièrement l’objet d’enquêtes qui, dans ces cas précis,  aboutissent et souvent avec diligence. L’affaire Guy-André Kiffer serait-elle encore dans ce grand flou s’il avait été tué par un illuminé dans les rues d’Adjamé ?  En un mot comme en mille, tout projet politique ou social est toujours bon, même très bien mais en ce qui concerne la corruption en Côte d’Ivoire, la grande surprise doit venir un jour de ce qu’un supposé intouchable soit touché ; en ce moment-là, la peur entrera dans le cœur du grand peuple, sinon, ce sera toujours l’image du serpent qui se mord la queue.

              Frederic GNEZE

Content created and supplied by: FredericGneze (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires