Sign in
Download Opera News App

 

 

FPI et Notre Voie / Ce qui attend Gbagbo

S’il ne fait aucun doute que Laurent Gbagbo est attendu sur l'unité au Front populaire ivoirien (FPI), il serait incompréhensible que l'affaire du quotidien Notre Voie qui a défrayé la chronique pendant sa longue absence du territoire national, ne soit pas inscrite sur la liste des problèmes à traiter par l'ancien président ivoirien.

 

« J'ai créé deux choses, le parti et le journal », avait coutume de dire Laurent Gbagbo, au lendemain du retour de la Côte d’Ivoire au multipartisme. Le parti dont parle, ici, l'opposant historique du premier président ivoirien, Félix Houphouët-Boigny, est le Front populaire ivoirien (FPI). Cette organisation politique est aujourd’hui à la croisée des chemins avec des crises internes interminables depuis 2014.

Des militants du FPI, regroupés autour du slogan « Gbagbo ou rien » et appelés communément les GOR, se réclament du président Laurent Gbagbo, mais ne veulent pas de Pascal Affi N’Guessan comme président de leur parti politique. Ceux-là n’hésitent pas à lui demander d’aller créer son parti politique ailleurs. Ainsi depuis le retour du président Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire après plusieurs années passées dans la prison de Scheveningen, aux Pays-Bas, les GOR n'ont pas, un seul instant, arrêté d’attaquer de toutes parts le président légal du FPI. « On n’a pas besoin de réunir un congrès pour faire partir Affi. D’ailleurs, depuis l'arrivée du président (Laurent Gbagbo), qui le calcule même ? Affi est déjà parti. Il n'a qu’à aller créer son parti…», se lâche un militant GOR.

En face, il y a des militants du FPI appelés les « Affidés ». Ils soutiennent que leur crime est d’être restés fidèles au respect des textes que leur parti s'est librement donnés et qu'incarne Pascal Affi N’Guessan. Le congrès, selon eux, est l'organe suprême qui pourrait décider du sort du président statutaire du FPI. Les « Affidés » ne comprendraient pas que le président Gbagbo ne les soutiennent pas. Lui qui dit être allé à la Cour pénale internationale (CPI) pour avoir respecté la Constitution ivoirienne. Certains sont donc convaincus que Gbagbo est avec eux. « Ce que le président Gbagbo dit pour la CPI est également valable pour le FPI. Qui respecte la Constitution respecte les textes. La balle est donc dans le camp de Gbagbo », se rassure un « Affidé ».

Les positions sont l’extrême de part et d’autre au FPI. Laurent Gbagbo saura-t-il trancher ou mettre tout le monde d'accord ? Les jours à venir nous le diront.  Mais ce n'est pas tout. Le Nouvel Horizon est le journal dont s'est tant enorgueilli Laurent Gbagbo, au début des années 90. Il a fait sa part dans la lutte pour la démocratie en Côte d’Ivoire. Ce journal qui a fait sa mue et aujourd’hui connu sous l'appellation de Notre Voie, est dans la tourmente. Pris entre les feux des militants opposés, le journal de Gbagbo bat de l'aile. Il est la grande victime de la crise postélectorale de 2010-2011. Notre Voie a eu un employé tué et sa rotative brûlée en 2011.

Ce journal est aussi la victime de la guerre des tranchées que se livrent les militants du parti bleu et blanc. Si bien que le dernier groupe des premiers journalistes recrutés en avril 1991 qui ont longtemps fait la fierté des militants du FPI, vient de faire valoir ses droits à la retraite dans le dénouement le plus total. Le journal incapable de leur payer leurs droits à la retraite et les arriérés des nombreux mois où Ils sont restés sans salaire.

Pourtant, ces hommes des médias ont contribué, à leur façon, à l'accession de Laurent Gbagbo à la magistrature suprême. Ils ont su également continuer le combat pour obtenir son retour définitif en Côte d’Ivoire, après plusieurs années de détention à La Haye. Notre Voie mérite de ce fait que Laurent Gbagbo s’arrête un tout petit peu pour jeter un regard  sur ce qu'est devenu l'un de ses instruments importants de lutte pour la démocratie en Côte d’Ivoire. Après son appareil politique de lutte, le Front populaire ivoirien.

Robert Krassault

[email protected]

Content created and supplied by: Krassault (via Opera News )

fpi laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires