Sign in
Download Opera News App

 

 

Le Mali reste ferme face à l'ONU et renvoie l'ambassadeur de la Cedeao

Les autorités maliennes semblent donner du fil à retordre aux émissaires du conseil de sécurité de l'ONU qui étaient en visite à Bamako les 23 et 24 Octobre derniers.

La délégation onusienne avait pour mission d'amener le pouvoir de Bamako à accélérer l'organisation des élections dans les délais prévus. La junte militaire au pouvoir au Mali ne l'entend point de cette oreille.

Elle a répété aux émissaires onusiens qu'elle tenait à organiser des "assises nationales" avant de fixer la date des élections, a indiqué un responsable de la délégation de l'ONU. Cela implique donc un report fort probable des élections présidentielle et législatives prévues le 27 février au grand dam de la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) et l'ONU.

En outre, le représentant de la CEDEAO au Mali, Hamidou Boly, a d'ailleurs été sommé de quitter le pays dans les prochaines 72 heures.

« Le gouvernement de la République du Mali a décidé de déclarer persona non grata le représentant spécial de la CEDEAO au Mali, au vu de ses agissements incompatibles avec son statut », a écrit l'ORTM sur sa bande défilante.

C'est donc évident que les autorités maliennes restent de marbre face aux injonctions des organisations internationales. Elles s'étaient déjà montrées inflexibles dans leur désir de se rapprocher de la Russie à travers l'agence Wagner. Comment réagiront l'ONU et l'organisation ouest-africaine face aux décisions de Bamako ? Les jours à venir nous situeront.

Dan Singault de Blagouin

Content created and supplied by: DanSingault (via Opera News )

Bamako Cedeao Mali ONU

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires