Sign in
Download Opera News App

 

 

La tension monte au Sénégal, Tariq Ramadan explose et accuse

Face à la situation qui monte au Sénégal dans l'affaire Ousmane Sonko, l'islamologue Tariq Ramadan a cité la France, en pointant les intérêts français comme enjeu au delà du calme au Sénégal.


La tension est à son comble au Sénégal. Alors que la décision du juge à l'encontre de Ousmane Sonko sera déterminante pour la suite, la pression est forte sur le président Macky Sall, dont la parole est attendue.

L'islamologue Tariq Ramadan visiblement remonté contre ce qui s'y passe, cite directement la France. << La France est historiquement une habituée de l'élimination juridique, médiatique et même parfois physique des personnalités politiques qui la gênent. On sait ce qu'il est advenu de certains leaders de Lumumba à Ben Barka ou à Sankara... Voilà que le Sénégal, bon élève et aux ordres, suit les traces de son ancien et continuel colonisateur. Ce n'est pas le calme au Sénégal qui est en jeu, c'est surtout les intérêts de l'État français ou de PDG de multinationales, comme Bolloré, qui sont à risques >> a martelé Tariq Ramadan hier dimanche 07 mars 2021 sur son compte tweeter. Lui dont l'affaire à récemment fait grand bruit comme celle de Ousmane Sonko pratiquement accusés pour les mêmes faits : violence sexuelle. Est-ce à dire que le jeune leader politique Sénégalais Ousmane Sonko dérangerait la France et ses intérêts au point où ça serait la France qui voudrait derrière ces tensions l'éliminer juridiquement et médiatiquement ?

Si l'on a pas des réponses claires à cette interrogation, selon Tariq Ramadan: << les quelques mots de Sonko lèvent le voile sur la force de sa pensée et le danger de son propos. Le reste, c'est de la mise en scène pour l'écarter... ou peut-être bien pire >> a affirmé l'islamologue.

Le Sénégal est-il au bord du précipice ? La question mérite d'être posée alors que le pays vient de connaître les émeutes les plus importantes depuis bien des années. Pour le moment, le bilan fait état d'au moins cinq morts, mais la colère de la rue est à un niveau tel qu'il y a fort à redouter d'une semaine d'extrême tension avec les manifestations auxquelles a appelé le Mouvement de défense de la démocratie (M2D) regroupant le parti de Sonko, des partis d'opposition et des éléments de la société civile. Le M2D réclame, d'une part, la libération des prisonniers « arbitrairement » détenus, d'autre part, l'ouverture d'une enquête sur les événements, allant même jusqu'à remettre en question la légitimité du président.


Bema Aboubacar...

Content created and supplied by: BemaAboubacarCoulibaly (via Opera News )

france l'islamologue tariq ramadan macky sall ousmane sonko

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires