Sign in
Download Opera News App

 

 

LIDER de 2011 à 2021 : Les erreurs de Mamkoul (2)

Dans un premier article, nous avons proposé une réflexion sur les causes du décalage entre la popularité de Mamadou Koulibaly, et ses résultats sur le terrain depuis 2011. Nous en avons retenu quatre. Voici la seconde partie de cet écrit.3.  Son manque de réseaux à l'international

Même si LIDER est membre de l’Alliance progressiste, Mamadou Koulibaly lui-même un homme politique sans soutiens de poids à l’étranger. Les évite-t-il pour préserver son image et sa liberté de pensée ? Possible, car cela lui ressemble.

Mais lorsqu’un opposant politique est limité dans ses actions sur le territoire national, ses réseaux d’influence à l’étranger viennent à son secours à coups de lobbying, pour faire bouger des lignes en sa faveur.

A titre d’exemple, l’on a vu des organisations s’indigner contre les déboires judiciaires de Soro, ou contre le rejet de la candidature de Gbagbo, mais aucun mot pour Koulibaly qui bénéficie pourtant d’une image plus propre.

De plus, en 2011-2012, ses piques à peine voilées contre un Laurent Gbagbo déjà à terre ne lui ont pas attiré que des amis parmi les admirateurs africains de l’ex-président.

Malgré tout, et grâce à Nathalie Yamb, le très respecté ex-président Ghanéen Jerry Rawlings aurait décidé de soutenir MK à travers son carnet d’adresses personnel. Mais sa disparition prématurée en 2020 sera un immense coup dur pour l'homme politique Ivoirien.

4. Son manque cruel de cadres de premier rang

A défaut d’avoir pu rallier des cadres véritablement influents sur la scène politique, MK a fait le pari de miser sur des jeunes brillants, issus de divers milieux socioprofessionnels. Ces jeunes idéalistes, toujours experts dans leurs domaines respectifs, font plaisir à écouter lorsqu’ils débattent des maux du pays.

Leur éloquence nous change un peu des éternels louangeurs que l’on retrouve dans les autres formations politiques. Mais ils restent très peu connus du public, et leur langage trop universitaire est inaccessible aux masses. C'est pourquoi quand il s'agit de présenter des candidats capables de remporter des sièges, cela devient très compliqué pour LIDER.

La présidente du parti, Monique Gbékia, est une parfaite inconnue. Vous pourriez monter avec elle dans le même ascenseur sans savoir qui elle est. Ses communiqués et prises de positions passent toujours inaperçus dans l’actualité.

A l’inverse, des structures plus récentes comme GPS de Guillaume Soro, ont mis en avant de vraies stars du micro qui suscitent l’intérêt de la presse à chaque sortie. LIDER, n’a personne d’autre que Koulibaly et sa conseillère camerounaise pour être audibles.

5. Ses autres faiblesses non comblées

A tous ces éléments, l’on pourrait bien ajouter que l’ex-Président de l’Assemblée Nationale n’a pas assez consolidé sa base régionale d’Azaguié pour y être indéracinable, à l’image par exemple d’un Affi N’guessan, maître de son Bongouanou natal. On pourrait aussi reprocher à Mamkoul son manque de tact dans les critiques envers les autres leaders, car elles braquent les militants plutôt que de les draguer. Mais il faut bien que cet article se termine un jour.

Que retenir ?

En juillet 2011, le professeur Mamadou Koulibaly, las de ne pas être écouté au FPI, a décidé que son heure était venue de conquérir le pouvoir. Mais était-il vraiment prêt ?

Dix ans sont passés. Gbagbo revient reprendre sa place et il est évident, vue l’issue triomphale de son procès, qu’il va récupérer l’essentiel de son électorat. En 10 ans, Mamkoul a été de ceux qui ont soutenu (involontairement) le moral des troupes gbagboïstes, en démystifiant publiquement la gouvernance Ouattara, alors vantée et applaudie par les autres partis (PDCI, RDR, UDPCI, etc) et par l’étranger.

Si l’arbre LIDER semble bien fondé pour fleurir à long terme, qu’adviendra-t-il du Professeur Mamadou Koulibaly, qui vient de fêter ses 64 ans ? La franchise et l’intégrité suffisent-elles pour conquérir le pouvoir d’état ?

Abonnez-vous pour d’autres sujets sur la vie politique en Côte d’Ivoire.

Content created and supplied by: Coulix (via Opera News )

mamadou koulibaly

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires