Sign in
Download Opera News App

 

 

GPS : un pro-Soro accusé de trahison, Boubaker Sy recadre ses détracteurs

Que reproche-t-on à BOUBAKER SY ?

Ces dernières semaines n'ont pas été de tout repos pour ce jeune leader membre de la galaxie Soroiste et figure de jeunesse du mouvement Générations et Peuples Solidaires (GPS) de GUILLAUME KIGBAFORI SORO ancien président de l'Assemblée Nationale toujours en exil.



Suite à son appel à l'apaisement et face aux nombreuses attaques l'accusant de trahison puis de collusion avec le Ministre de la défense Téné Birahima Ouattara. BOUBAKER SY a été claire en s'adressant à ses détracteurs.

-------------------------------------------

Cher tous,

L'emballement sans précédent en coulisse et désormais rendue publique qui s'observe autour de ma personne et mon combat politique au côté du président SORO mérite clarification.

J'ai lu ces dernières semaines avec assez d'émotion des interventions et reçu surtout de nombreux appels téléphoniques et messages de certains aînés de part et d'autres à qui certaines personnes ont fait le reproche de s'être approchés de moi et même osés se présenter publiquement en ma compagnie.

Des responsables de partis politiques eux aussi ont reçu ce type d'appel. À eux, je présente mes excuses et leur demande pardon pour le tort que ma personne leur aura causé.

Le motif de ce qui semble être une Fatwa serait que j'aurai décidé de " TRAHIR " avec à la clé, le " Pourquoi vous recevez Boubaker ? Il a trahi la lutte ! Il n'est pas fiable ! C'est un vendu ! Il parle de quel reconciliation et de dialogue ? C'est un crève-faim. Il est trop proche de tel autre et pas de l'autre.

Je vais juste rappeler que le 23 décembre 2019 quand nous avions face à nous des soldats, fusils au point et prêt à nous mater, je donnais ma toute première interview à la BBC là où nombreux se sont désolidarisés à le faire ou tout simplement fermer leur téléphone car trop risqué.

Dans ces périodes de braises, je n'ai point abandonné le président SORO, pourquoi je ferai celà en temps d'accalmie ?

Aujoud'hui, je vois certains qui évoquent et jurent sans sourciller que je serai de mèche avec Birahima Ouattara petit frère du president Ouattara pour saper le combat de Guillaume SORO. Moi " petit " là ? C'est pas méchant ça ? Il y a malheureusement des troubadours partout et je n'en tient pas compte.

Je vous épargne le flot d'insanités et de calomnies que vous pouvez bien imaginer. Mais, je prends sur moi car ma petite personne compte peu.


Depuis mon entrée en politique, j'ai épousé les valeurs prônées par le président SORO KIGBAFORI GUILLAUME.

Valeurs de pardon, de paix et de dialogue afin de contribuer à l'apaisement du climat politique et social pour le bien de nos concitoyens. Valeurs auxquelles avec lui je demeure attaché avec force et conviction.

L'initiative d'un rapprochement entre les adversaires d'hier en faveur de l'apaisement et du dialogue politique entre tout les acteurs pour la vraie paix sociale mérite d'être saluée et encouragée. Je me suis donc réjouis de l'évolution de notre vie politique avec la rencontre entre le président GBAGBO et le chef de l'Etat Allassane OUATTARA. Cependant beaucoup reste à faire.

Chers amis, la Côte d'Ivoire doit se battre pour créer la Nation ivoirienne. Pour que ensemble, on devienne un seul peuple: le peuple de Côte d'ivoire. Une Côte divoire unie et non une Côte d'ivoire où on est replié dans sa region, replié sur soi-même dans son village et nos opinions à cause de nos divergences politiques.

Nos concitoyens doivent être au centre des débats et de nos ambitions. Des ivoiriens qui d'ailleurs veulent une Côte d'Ivoire ouverte, unie, diversifiée, réunifiée et indivisible. C'est cette Côte d'ivoire que nous voulons et que veut Guillaume SORO. C'est un souhait qui s'inscrit sans surprise dans la vision du président SORO qui je rapelle est le premier acteur politique de haut plan à avoir fait du pardon et de la réconciliation nationale un véritable sacerdoce depuis des années déjà.

Chers amis, les ivoiriens ne seront réconciliés que si leur référants politiques acceptent eux aussi d'aller à l'apaisement et au dialogue.

Ce que moi je veux aujourd'hui pour la Côte d'ivoire c'est l'UNION.

On a besoin d'être unis pour unir les ivoiriens.

La catharsis et une prise de responsabilité collective s'impose donc et nous autres devons œuvrer à encourager tout les leaders à se parler franchement afin d'éviter une énième décennie de crise à notre pays.

À cet effet, les Présidents Gbagbo et Bedie et Ouattara en acceptant de se rencontrer bien que opposés hier, nous donnent ainsi l'exemple.

Aidons à l'instauration d'un climat d'apaisement générale qui permettra aussi la détente des positions des deux côtés entre les présidents Ouattara et SORO qui doivent se reparler et aplanir leur divergences comme ce dernier l'avait souhaité dans sa demande d'audience le 22 décembre 2019.

Le dégel, la décrispation, se reparler ne veulent point dire faire allégeance.

À tous, je vous garde malgré tout entière fraternité et ma solidarité.


La rédaction Ivoire Matin.ci

Blaise Kokoua

Content created and supplied by: Ivoire_Matin (via Opera News )

boubaker sy guillaume kigbafori soro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires