Sign in
Download Opera News App

 

 

Affaire Thomas Sankara: Vers l'extradition de Blaise Compaoré?

Blaise Compaoré est dans le viseur de la justice burkinabè. L’ancien président burkinabè est mis en accusation dans l’affaire de l’assassinat de Thomas Sankara. Exilé en Côte d’Ivoire depuis son éviction du pouvoir, l’ancien homme fort de Ouagadougou doit comparaître. Personnellement. C’est du moins ce que réclament de nombreux Burkinabè.


15 octobre 1987, le capitaine révolutionnaire, Thomas Sankara, tombe sous les balles assassines d’un puissant commando. Le chef d’État burkinabè d’alors et douze autres de ses compagnons étaient en réunion au sein du palais présidentiel burkinabè. À la suite de ce bain de sang, son frère d’armes Blaise Compaoré accède au pouvoir. Le capitaine Sankara est mort de « mort naturelle », selon le rapport officiel. Adjugé ! Vendu ! L’affaire est classée ! Et ce, en dépit de toutes les tentatives de la famille et des avocats du défunt.


31 octobre 2014, soit 27 ans après, une révolution populaire évince Blaise Compaoré du pouvoir. L’affaire Sankara resurgit à nouveau au Pays des hommes intègres. De même que l’affaire de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo. François Compaoré, frère du président déchu, attend sa comparution devant la justice burkinabè pour situer sa responsabilité dans cette affaire.


Pour l’affaire Sankara, le tribunal militaire a mis en accusation l’ex-président Blaise Compaoré et 14 autres personnes. Ceux-ci devront comparaître.

Depuis sa chute, Blaise Compaoré est en exil en Côte d’Ivoire. Bénéficiant du gîte et du couvert des autorités ivoiriennes. Le gouvernement ivoirien a d’ailleurs octroyé la nationalité ivoirienne à l’époux de la Franco-Ivoirienne Chantal Terrasson de Fougères. La justice burkinabè le poursuit cependant pour « attentat à la sureté de l’État, complicité d’assassinat et recel de cadavres». Après la confirmation des charges contre les prévenus, place maintenant au procès.


Pour Me Guy Hervé Kam, avocat de parents de victimes, « l’heure de la justice a enfin sonné ». Puis, il ajoute : « L’heure de la justice a enfin sonné, un procès peut s’ouvrir. Il n’appartient plus maintenant qu’au procureur militaire de programmer la date de l’audience. » D’autres parties au procès espèrent, quant à elles, que Compaoré comparaîtra « volontairement et librement, comparaîtra à ce procès pour donner sa version des faits ».


Aussi, un mandat d’arrêt international est émis contre Blaise Compaoré et ses coaccusés. La question qui se pose est donc de savoir si l’ex-locataire de Kosyam répondra présent dans le box des accusés. D’autant plus que de lourdes charges pèsent contre lui. Le président ivoirien, Alassane Ouattara, autorisera-t-il l’extradition de Blaise Compaoré ? Sans se leurrer, le magistrat en charge du dossier est formel. « S’ils ne se présentent pas devant le tribunal, ils seront jugés par contumace », a-t-il déclaré.


L’on s’attend donc à connaître toute la vérité dans l’assassinat du capitaine Thomas Sankara. 34 ans après.

Content created and supplied by: BeryNews (via Opera News )

blaise compaoré thomas sankara

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires