Sign in
Download Opera News App

 

 

Le Gabion affiche sa volonté d'intégrer le Commonwealth

Le Gabon, pays francophone, a affiché son ambition d'intégrer le Commonwealth, regroupement d'États anglophones dès le sommet des chefs de gouvernement de cette organisation prévue ce mois-ci à Kigali au Rwanda.

C'est le président gabonais, Ali Bongo Odimba lui-même, qui l'a évoqué au sortir d'un entretien accordé à Patricia Scotland, secrétaire générale de cette organisation en marge de sa récente visite officielle en Angleterre courant Mai.

Comme il l'a affiché sur ses comptes Facebook et Twitter " ce serait un tournant historique " en précisant que ce processus engagé " pourrait se concrétiser dès le prochain sommet du Commonwealth à Kigali".

Si le Gabon rejoint le Commonwealth, il sera le 3e pays non anglophone à intégrer cette organisation après le Mozambique en 1995 et le Rwanda en 2009. Cette adhésion lui permettra d'intégrer un réseau de plusieurs anciennes colonies britanniques qui ont en partage la langue, l'histoire et la culture. Officiellement, il s'agit de s'ouvrir à d'autres partenaires plus dynamiques économiquement que la France.

Il faut préciser que cette adhésion fait largement consensus au sein de la classe politique. Une délégation du Commonwealth s' est même rendue dans le pays fin Avril pour rencontrer plusieurs acteurs politiques dont les présidents du Sénat, de l'Assemblée Nationale, les responsables de parris politiques au pouvoir comme dans l'opposition et même des représentants de la société civile.

Officieusement, cette volonté d'adhésion est guidée par une ambition de bilinguisme de la société gabonaise en référence aux missions et visites effectuées au Rwanda pour s'inspirer du modèle choisi par ce pays. La langue française, langue officielle au Gabon n'est pas la plus parlée dans le monde alors que l'anglais reste la langue des affaires et des relations et organisations internationales. Comme le souligne l'ancien porte-parole de la présidence gabonaise, Alain-Claude Bilie-By-Nze" quand vous sortez de l'espace francophone, si vous ne parlez pas l'anglais, vous êtes quasiment handicapes".

Cest un sentiment partagé par les gabonais et un amer constat fait par les pays francophones qui voient leur horizon se rétrécir du fait des obstacles que constitue la primauté accordée à la langue anglaise. L'exemple rwandais que s'apprête à suivre le Gabon est une interpellation de la communauté francophone mondiale et donc de l'organisation internationale de la francophonie afin s'imposer la langue française comme langue internationale à part entière. Que les francophones se sentent obligés de s'exprimer en anglais doit interpeller d'autant plus que le contraire est rare. C'est est un problème auquel nous devons nous atteler à resoudre.

Il faut préciser que le sommet du Commonwealth qui devait se tenir ce mois à Kigali a été reporté à la fin de l'année à cause de la pandémie du corona virus.

Content created and supplied by: Wilakossi19 (via Opera News )

angleterre gabon

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires