Sign in
Download Opera News App

 

 

Congrès constitutif du PPA-CI : Dix ans après, Laurent Gbagbo comme le Sphinx, renaît de ses cendres

‘’Renaissance'' pourrait être le meilleur qualificatif pour apprécier le retour tonitruant de Laurent Gbagbo sur la scène politique ivoirienne. Après son transfèrement dans les geôles de Haye il y a une dizaine d’années, qui aurait pu imaginer possible le scénario de ce jour au Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan ? Accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité bon nombre de ses adversaires politiques le croyaient ‘’fini politiquement’’. Dans les rues d’Abidjan on disait qu’il avait pris un billet d’avion en aller simple. ‘’Mais le temps étant l'autre nom de Dieu ‘’ comme aime bien le dire cet historien de formation, le temps s’est écoulé allègrement, avec stoïcisme et courage il a fait face à ses juges, il a dit sa part de vérité devant cette juridiction internationale qu’est la CPI, l'homme n'a jamais faibli. ‘’In fine’’ la justice des hommes est passée et celui que ses partisans appellent le ‘’Woody'' a été totalement acquitté des charges retenues contre et il a définitivement regagné ses terres natales. 

Quatre mois déjà qu’il foule le sol ivoirien au grand bonheur de ses partisans. Quatre mois qu’il tient sans partage le haut de l’actualité. Ce week-end 1.600 congressistes et des milliers de ses partisans communient du côté de l’Hôtel Ivoire et du village de Blauckauss pour lui redonner une nouvelle arme de combat politique, un parti politique ancré à gauche. Laurent Gbagbo a fait l’économie d’un combat politique avec son ancien premier ministre, Pascal Affi Nguessan pour le contrôle du FPI, parti avec lequel il a mené le combat pour l’avènement de la démocratie en Côte d’Ivoire.

Laurent Gbagbo, avec le Parti des Peuples Africains-Côte d'Ivoire, comme un Sphinx renaît de ses cendres. Il se refait une virginité politique avec ce parti mais prenant tout de même soin de nouer la nouvelle corde au bout de l’ancienne car des milliers de partisans de la base militante du FPI l’accompagneront dans cette autre aventure. Laurent Gbagbo vient revigorer une opposition en perte de vitesse face à un pouvoir RHDP qui déroule sur le terrain.

 On le disait ‘’fini'' et relégué au rang de relique de l’histoire politique de la Côte d’ivoire mais avec la mobilisation exceptionnelle ce jour autour de son projet de création d’un nouveau parti politique, Laurent Gbagbo confond une fois de plus tous ceux qui ont vite fait de ‘’l’enterrer politiquement’’. Le Woody de Mama indique encore une fois de plus qu’il a gardé intact ses sens innés de fin stratège politique et surtout ses capacités de mobilisation. La retraite paisible dans sa résidence de Mama à écrire ses mémoires n'est donc pas pour demain.

Invité vedette à cette cérémonie, ce n’est pas le représentant du parti présidentiel RHDP qui dira le contraire. Pour Adama Bictogo, l’avènement de cette nouvelle formation en rajoutera à la vitalité démocratique de la Côte d’Ivoire non sans préciser que son parti ne fera pas l’économie d’une éventuelle collaboration avec le parti en création. 

Au compte goutte, de hauts cadres de lex majorité présidentielle sont rentrés au bercail et constitueront le fer de lance du nouveau parti. De là à dire que Laurent Gbagbo affûte ses armes pour les futures joutes électorales il n' y a qu’un pas. Il peut compter sur la détermination et le soutien d’irréductibles qui ont toujours cru en son retour sur la scène politique et qui le font savoir dans un langage typique de l’humour à la sauce ivoirienne «Abidjan est doux maintenant parce que Laurent Gbagbo est là ». La reconfiguration du paysage politique est inexorablement en cours et quels que soient les cas de figure, Laurent Gbagbo reste plus que jamais une figure incontournable de la politique ivoirienne. A défaut d’être Roi en 2025 en cas de modification constitutionnelle pour réintroduire une limite d’âge à la prochaine présidentielle, il restera incontestablement un grand faiseur de Roi. 

Content created and supplied by: SGB78 (via Opera News )

laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires