Sign in
Download Opera News App

 

 

Mali: la CEDEAO décide de maintenir les sanctions prises antérieurement contre le Mali

Les Chefs d’État et de Gouvernement des États membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont exigé, hier, lundi 7 septembre 2020 à Niamey, au Niger, que le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) désigne, au plus tard, le 15 septembre 2020, un président et Premier ministre civils pour conduire la Transition au Mali.

"Le président de la transition et le Premier ministre de la transition devront être désignés au plus tard le 15 septembre 2020 ", a affirmé le président de la Commission de la Cédéao Jean-Claude Brou. Auparavant M. Brou avait précisé que la transition devait être dirigée par un président et un Premier ministre civils pour une période de 12 mois.

Notons que les dirigeants des pays membres de l’organisation sous régionale, réunis dans la capitale nigérienne, pour les travaux de leur 57è sommet ordinaire sur l’évolution de la situation malienne, prennent acte des consultations inter-maliennes, lancées, samedi 05 septembre dernier, mais décident de maintenir les sanctions prises antérieurement contre le Mali.

Le président du Niger, Issoufou Mahamadou, président en exercice sortant de la CEDEAO, s’exprimant devant le sommet à Niamey, a déclaré : " Le Mali a plus que jamais besoin de stabilité pour que les aspirations fortes du peuple Malien pour la sécurité et le développement soient pleinement satisfaites. Il est du devoir de notre communauté d’assister les Maliens en vue d’un rétablissement rapide de toutes les institutions démocratiques".

Pour l'heure, aucune réaction ne nous est parvenue immédiatement de la part du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), le directoire de la junte.


Content created and supplied by: guillaumesekane (via Opera News )

CEDEAO CNSP Comité national Mali Niamey

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires