Sign in
Download Opera News App

 

 

Réconciliation Nationale en Côte d'Ivoire: et si on arrêtait de se mentir ?

Le 17 juin dernier, Laurent Gbagbo est rentré en Côte d'Ivoire après dix années de détention à la Haye et après un procès fleuve à l'issue duquel il a été acquitté. Avant cette date, bien d'observateurs politiques faisaient de l'ancien chef d'état et de son retour le chaînon manquant, la dernière condition pour atteindre le Graal de la "Réconciliation Nationale". Laurent Gbagbo est rentré et a même repris ses activités politiques (ou politiciennes, c'est selon) et, à l'issue de sa rencontre avec l'autre ancien chef d'état Henri KONAN BÉDIÉ, un autre débat est né portant sur le DIALOGUE NATIONAL. Ce nouveau concept serait à présent la condition sine qua non pour aller à la " Réconciliation Nationale". Que recouvre réellement ce concept ? Serait-ce un Forum de Réconciliation Nationale bis, similaire à celui de 2001, qui nous a coûté du temps, de l'énergie et de l'argent sans pour autant nous éviter la rébellion de 2002 et surtout la grave crise postélectorale de 2010-2011 ? La "Réconciliation Nationale" ne serait-elle pas une chimère, un fonds de commerce servant à cacher les vrais desseins de nos acteurs politiques ? Et si on arrêtait de se mentir ? Ce qui semble être la réalité, c'est que chaque leader politique assimile la Réconciliation à sa propre présence à la tête du pays. " Nous ne serons réconciliés que quand je serai au pouvoir", tel est ce que chacun d'eux semble penser au fond de lui-même. Il ne s'agit donc de rien d'autre que la lutte pour conquête du pouvoir, ce qui relève du fonctionnement classique de la démocratie, pour peu que chacun en respecte les règles. Il suffit donc que le jeu démocratique se déroule conformément aux règles qui y président pour qu'il ne soit plus utile de "se réconcilier". Et c'est ce à quoi nous devons pousser nos leaders, avec responsabilité et sans passion.

KIFAYA-PREMIER VOUS SALUE

Content created and supplied by: KIFAYA-PREMIER (via Opera News )

côte d'ivoire haye henri konan bédié laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires