Sign in
Download Opera News App

 

 

Pourquoi Ouattara a pardonné Gbagbo et non à Soro?

Soro Kigbafori Guillaume, l'ancien député de Ferké, est depuis 2019, un exilé politique. Alors que la tendance est au pardon et à la réconciliation nationale, son cas et celui de ses proches sont loin de déboucher sur la clémence. Le président Ouattara et son gouvernement ont pris des décisions importantes dans l'optique de faire avancer la paix et la cohésion sociale, notamment la facilitation du retour de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goude et celui des exilés politiques. Le journal l'héritage, réputé proche du PDCI, nous donne des réponses sur la question que de nombreux militants du RHDP se pose, pourquoi l'adversaire politique le plus coriace de Ouattara, Laurent Gbagbo, peut revenir en Côte d'Ivoire alors que celui qui s'est battu corps et âme pour son accession au pouvoir est sous la menace de la justice ?

Il convient de rappeler les accusations à l'encontre de Soro Guillaume, il est poursuivi pour tentative d'atteinte à l'autorité de l'État, détournement de deniers publics, recel de détournement de deniers publics et blanchiment de capitaux. S'il estime que tous ces accusations sont une pure mascarade, le procureur a affirmé le contraire, et à montrer les preuves des accusations dont des bandes sonores. Le retour des exilés s'inscrit dans la volonté de tous les partis, pouvoir et opposition, de favoriser l'apaisement.

Tous les exilés depuis 10 ans sont en passe de revenir en Côte d'Ivoire, pourtant dans le cas de Soro, aucun geste de clémence n'est fait pour calmer les tensions qui opposent son camp et celui du régime. Force est de constater que contrairement à Soro, l'ex président Laurent Gbagbo a été acquitté définitivement après 10 ans de procès à la cour pénale internationale. Le président Ouattara avait promis de faciliter son retour en cas d'acquittement, sa promesse est entrain d'être tenu. Or Soro refuse de faire face à la justice de son pays pour répondre des crimes qui lui sont reprochés. Ces deux cas sont diamétralement opposés. Cependant au nom de la paix, le président Ouattara peut accorder la clémence, comme avec Gbagbo et ses proches, à celui qu'il considérait comme son fils il y a quelques années de cela.

H.L.V

Content created and supplied by: HenocleVeinard (via Opera News )

charles blé goude laurent gbagbo rhdp soro guillaume

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires