Sign in
Download Opera News App

 

 

Avant 2002, un autre 19 septembre : le peuple Sénoufo croyait que la fin du monde était arrivée

En Côte d’Ivoire, la date du 19 septembre est tristement rentrée dans l’imaginaire populaire, en ce sens que cette date rappelle le déclenchement de la crise de 2002. Pour le peuple Sénoufo, aussi, cette date rappelle un événement malheureux.

Le patriarche Péléforo Gbon Coulibaly a tellement imprimé sa marque à son temps qu’il est aujourd’hui considéré comme une grande figure de l’histoire contemporaine de la Côte d'Ivoire. Pour le peuple Sénoufo, c’était le guide, le chef suprême ou encore le « chef supérieur des Sénoufo » tel que le qualifie le Professeur Ouattara Tiona Ferdinand.

Né vers 1860 à Lagbasekaa, monté sur le trône de la chefferie des Sénoufo-Tiembara en 1894, le patriarche Péléforo Gbon Coulibaly fut le chef par excellence du peuple Sénoufo. En 1899, il devint chef de canton, puis en 1942 chef supérieur des Sénoufo. Homme de lutte, homme de valeur, Péléforo Gbon Coulibaly s'est battu corps et âme pour la cause de son peuple.

Le Professeur Ouattara Tiona fait remarquer, qu’au vu des valeurs qu’il incarnait, Péléforo Gbon Coulibaly était rentré dans l'imaginaire collectif de ses administrés comme le Chef des chefs, le lion des lions, le félin des félins, le soleil des soleils et l'être suprême, Koulotiolo, devant lequel l'être humain devient tout-petit.

C’est fort de cette notoriété que le peuple Sénoufo n'arriva pas à imaginer sa mort le 19 septembre 1962. Selon le Professeur Tiona Ferdinand, le peuple se débandait lorsqu'il apprit la mort du patriarche le 19 septembre 1962, croyant que la fin du monde était arrivée.

Mort à l’âge de 102 ans, Péléforo Gbon Coulibaly fut élevé par le président Houphouët-Boigny, à titre posthume, à la dignité de grand officier de l’Ordre national. De son vivant, le chef Sénoufo avait été un des grands soutiens du Syndicat Agricole Africain et du PDCI-RDA à partir de 1946. Il avait lié une solide amitié avec le médecin Félix Houphouët-Boigny à partir de 1944.


Dégnimani Yéo

Content created and supplied by: Dégnimani_Yéo (via Opera News )

ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires