Sign in
Download Opera News App

 

 

L'histoire retiendra que Gbagbo avait fait venir Ouattara sans condition

Dans la vie, les faits présents nous rappellent le plus souvent le passer surtout quand il s' agit de bienfaisance ou de malfaisance.

Comme le disait mon père, les faits sont têtues

Ainsi quand on paie le bien par le mal il est claire que l'on se souvienne du passé.

Ainsi, nous nous rappelons aujourd'hui au travers de la situation politique en rapport avec le retour de Gbagbo que, celui-ci ( Gbagbo) avait dans le passé fait rentrer Ouattara sans condition alors qu'il avait les raisons et le pouvoir de le faire.

En effet, depuis son acquittement pour crime de guerre crimes contre l'humanité par la CPI, Laurent Gbagbo devrait normalement pourvoir rentrer dans son pays.

Cependant, il est constaté que près d'un mois après son acquittement, son retour tarde.

En faite, il y'a des tractations souterraines qui se font pour un simple retour au pays d'un ancien président de la république.

Pourtant, l'on se rappelle qu'à des années antérieures, le président Gbagbo avait fait rentrer le président Ouattara président actuel de la république de Côte d'Ivoire sans tambour ni trompette ; plus il lui avait accordé tous les privilèges qu'il méritait; à savoir lui reconnaître son statut d'ancien premier ministre, lui payer ce qu'un ancien premier ministre doit toucher selon la constitution, réhabiliter sa maison; en plus de celà, le président Gbagbo avait pris une ordonnance pour faire de lui un candidats exceptionnel.

C est à dire malgré que le président Ouattara traînait des affaires avec la justice pour avoir été objet de mandat d'arrêt international, Laurent Gbagbo lui a permis d'être candidat là où les autres ont jugé ce fait inadmissible. On se souvient d'alors de l'affaire de "E et de OU"

Pour rappel, le président Gbagbo avait fait même évacuer la mère du président Ouattara pour des soins à l'étranger pendant que lui-même se faisait soigner en Côte d'Ivoire.

Aujourd'hui, la logique se veut que ce bien fait lui soit rétribué ; que cela lui soit réciproque, qu'il bénéficie du même bien qu'il avait fait aux autres puisque c est presque la même situation qui se reproduit mais cette fois l'un dans le rôle ou la place de l'autre.

En revanche, selon les informations qui ont circulé dans le courant de la semaine qui a suivie son acquittement, le président Ouattara avait promis que Gbagbo pouvait rentrer en Côte d'Ivoire s'il le souhaite ; en promettant de payer son transport et même lui accorder 17 millions de nos francs.

Cependant, le retour tarde toujours.

A cet effet, était il sincère lorsqu'il faisait cette déclaration ?

En tous cas c est du genre; "si tu penses que tu peux viens j'ai vais te payer le transport"

Sinon, unitile de rappeler que Laurent Gbagbo aujourd'hui comme Ouattara hier, traine des problèmes juridiques et que de même que Gbabgo avait abandonné, Ouattara peut aussi le faire pour lui.

A ce t effet, y'a t il de la sincérité quand le président déclare que Gbagbo peut rentrer alors que ses affaires avec la justice n'ont pas encore été levées ?

Pourquoi a t on donc besoin d'envoyer des émissaires à la Haye avant qu'il ne rentre dans son propre pays; un pays qu'il a eu à dirigé à un moment donné si c est pas pour conditionner son retour ?

A ce sujet, l'histoire retiendra que, Gbagbo avait fait rentrer le président Ouattara en Côte d'Ivoire sans condition, sans tambour ni trompette et, a cette époque, la Côte d'Ivoire était réunie; c est a dire, tous ces fils étaient présents à l'image du gouvernement d'union dans le temps

Ainsi, l'histoire, le passé nous rattrape tôt ou tard.

Après donc avoir lu, quelles sont vos impressions à ce sujet ?


Likez, partagez et surtout abonnez-vous pour plus d'informations

Content created and supplied by: Papsntidiane (via Opera News )

cpi laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires