Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire / Arbitrage électoral : le Ministre Eric Kahé suspecte le Président du Conseil constitutionnel

Après le transfert des dossiers de candidature au Conseil constitutionnel par la Commission électorale indépendante (CEI) pour validation, l’opinion attend de découvrir les personnalités qui seront jugées apte à aller à la conquête des voix des électeurs. Cependant, en attendant le verdict, l’Institution chargée d’analyser et de retenir les dossiers de candidature a été saisie par des partis de l’opposition pour invalidation de la candidature du président sortant Alassane Ouattara.

Sur la question, le Ministre Eric Kahé, président de l’Alliance Ivoirienne pour la République et la Démocratie (AIRD), proche de l'ancien président Ivoirien, Laurent Gbagbo, suspecte - à tort ou à raison - le président du Conseil constitutionnel, le juge Mamadou Koné. « Comment faire confiance à un chef d’Etat sortant qui verrouille tout le processus électoral, se présente en juge électoral, fait présider le Conseil constitutionnel par un de ses militants et qui annonce 1 million de parrainages alors qu’il n’en a même pas la moitié ? », écrit-il dans un tweet.

D’abord Directeur de cabinet au Ministère de la Justice, sous les présidents Henri Konan Bédié et Robert Guéi, l’actuel président du Conseil constitutionnel est devenu Ministre de la Justice sous le président Laurent Gbagbo, de 2005 jusqu'à la crise post-électorale de 2011, pour le compte des Forces nouvelles. Mais avant d’occuper ce poste, le juge Mamadou Koné a été Directeur de cabinet de Mme Henriette Dagri Diabaté (2003-2004), elle-même numéro 2 du Rassemblement des républicains (RDR). Il a en outre été visible lors des négociations ivoiro-ivoirienne à Ouagadougou, la capitale burkinabé. Mamadou Koné y était officiellement dans la délégation de la rébellion armée – composée des Ministres Alain Lobognon, Sidiki Konaté, etc. – qui occupait le nord et l'Ouest de la Côte d’Ivoire.

Mamadou Koné, président du Conseil constitutionnel

Il faut noter que le 17 août dernier, Me Claver N’Dry, membre du Conseil d’avocat de l’opposition, dans une contribution rendue publique sur les plateformes sociales, s’est adressé au juge constitutionnel, Mamadou Koné, en ces termes : «(…) Le peuple ivoirien vous regarde monsieur le président du Conseil constitutionnel. Je me rappelle de ce discours que j'ai gardé pour l'histoire. Aujourd’hui, vous êtes à cette haute fonction que d'autres ont occupé avant vous. Vous avez fustigé le comportement de ces acteurs du corps judiciaire qui sont sortis par la porte sans gloire. Demain, qu'est-ce que l'histoire retiendra de ce nom lorsqu'il sera prononcé : Président du Conseil constitutionnel Mamadou Koné. La génération de rupture (la GR) vous regarde. À vous de jouer. »

Content created and supplied by: Saint_Claver_Oula (via Opera News )

Conseil constitutionnel Eric Kahé Ministre

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires