Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire : Les initiatives de Gbalet et de Tiémoko permettront-elles d'éviter une autre crise ?

Assalé Tiemoko, député de Tiassalé


Depuis 2000, la Côte d'Ivoire connaît des crises post-électorales à chaque élection présidentielle, comme locale. Lassées de cette situation, certains ivoiriens ont décidé de poser des actions en vue de prévenir tous les conflits liés à des élections. 

Parmi ceux-ci figurent Pulchérie Gbalet, présidente de l'Ong Alternative Citoyenne Ivoirienne ( ACI), et Assalé Tiemoko, député-maire de Tiassalé. Si la première nommée compte organiser des Assises sur la réconciliation nationale, le second, lui est à l'origine d'un avant-projet de loi visant à limiter l'âge des candidats à la présidentielle à 75 ans. 

Est-ce que les projets des deux personnalités permettront d'obtenir une Côte d'Ivoire réconciliée et unifiée ?

De l'avant-projet de loi

C'est à la prochaine rentrée parlementaire que les sénateurs et les députés plancheront sur les textes qui leur seront soumis dans le cadre de la limitation de l'âge des candidats à la présidentielle. Déjà, cette initiative est contestée par une partie de la société civile comme par la classe politique.

Des d'analystes politiques à l'instar de Geoffroy Julien Kouao estiment que c'est une décision anti- démocratique car elle est exclusive au lieu d'être inclusive. Cet avant-projet de loi exclut des candidats. Donc au lieu d'unir, ce projet de loi en gestation va plutôt diviser les ivoiriens et ne pourra pas garantir une stabilité post-électorale.

Mme Gbalet Pulchérie, présidente de l'Ong ACI


Des Assises nationales sur la réconciliation

En ce qui concerne Mme Pulchérie Gbalet, membre de la société civile elle compte organiser à partir du 15 novembre des concertations nationales impliquant toutes les couches sociales et politiques du pays. C'est une bonne initiative car les politiques ont montré leurs limites en matière de réconciliation nationale. Pire, toutes les crises militaires ou post-électorales qu'a connu le pays ont été provoquées par les politiques. 

Donc, seules les actions de la société civile restent un espoir pour juguler ces incidents déplorables qu'a traversé la Côte d'Ivoire. 

Au cours de ces rencontres beaucoup de préoccupations seront débattues, mais est-ce que les résolutions prises seront respectées au moment venu ? C'est la question que tout le monde se pose.

 Aussi, étant donné que dans ce pays c'est le code électoral qui est généralement au centre des conflits électoraux, il serait mieux que la société civile s'approprie la modification de ce texte et propose un texte consensuel à tous les ivoiriens. Si les futures assises parviennent à atteindre ce but, elles auront créer les conditions d'une paix durable en Côte d'Ivoire. Cet objectif, la société civile peut, et doit l'atteindre car la stabilité de ce pays ne dépend pas des politiciens, mais d'une société civile dynamique, unie et forte.


A. Aka

Content created and supplied by: Ahoussiakajean (via Opera News )

Assalé Tiemoko Côte d'Ivoire Pulchérie Gbalet Tiassalé

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires