Sign in
Download Opera News App

 

 

Accord entre le Nigeria et la Russie : les dessous d'une signature historique

Pays le plus peuplé et le plus riche d'Afrique, le Nigeria connaît une situation sécuritaire vraiment complexe. En effet, le pays fait face à la présence de groupes djihadistes (Boko Haram - État islamique en Afrique de l’Ouest [ISWAP]...) dans le nord-est du pays, à une rébellion armée dans le sud qui revendique un meilleur partage des recettes pétrolières, et à la piraterie maritime au large de ses côtes.

Mais la plus grosse source d'inquiétude pour les autorités nigérianes reste Boko Haram et l’ISWAP, deux organisations djihadistes qui continuent à infliger à l'armée de lourdes pertes malgré l'arsenal sécuritaire du Nigeria.


Dans sa quête de parfaire son armée face à ces troubles, le Nigeria a signé depuis quelques jours un accord militaire avec la Russie. Beaucoup ont salué cet accord passé avec la Russie, mais cette signature a demander beaucoup de temps.

Il faut savoir que depuis 2015, Abuja fait appel à des société militaires privées, notamment sud-africaines, pour tenter de reprendre la situation sécuritaire en main. Le Nigéria a depuis longtemps diversifié ses partenaires en matière sécuritaire en multipliant les achats d’équipements militaires auprès des États-Unis et de la Chine, le Pakistan (chars VT-4 et ST-1 ainsi que des obusiers automoteurs de type SH5 livrés par la Chine, des avions de combat JF-17 « Thunder », fruit d’une coopération sino-pakistanaises, 12 avions d’attaque légers A-29 Super Tucano avec l’administration Trump).

Devant son désir de se procurer de nouveaux hélicoptères de combats, des pièces de rechange et des munitions pour un montant d'environ un milliard de dollars auprès de l'administration Biden, les comités des Affaires étrangères de la Chambre des représentants et du Sénat américains ont opposé un refus de cette vente, en raison selon eux "d’inquiétudes concernant d’éventuelles violations des droits humains » par les forces nigérianes.

Devant ce refus des USA de lui vendre les équipements militaires dont il a besoin, le Nigeria choisi de se tourner vers la Russie, avec la signature d'un accord de coopération le 23 août dernier.

Mais ce refus bien qu'étant l'élément déclencheur n'est pas la raison qui a conduit le Nigeria a la signature de cet accord.

Si cet accord a surpris plus d'un, il est a noté que les discussions ont débuté depuis près de deux ans, soit juste après la rencontre du président nigérian, Muhammadu Buhari, avec son homologue russe, Vladimir Poutine, lors du sommet Russie-Afrique. Lors de ce sommet, le président du Nigeria Buhari avait demandé à la Russie de conclure un pacte militaire avec son pays.

Le pays a donc pendant deux années, minutieusement étudié tout les contours de cet accord. Les discussions ont été menées de façon officieuses.

Cet accord « fournit un cadre juridique pour […] la prestation de services après-vente, la formation du personnel […] et le transfert de technologie, entre autres », a précisé la diplomatie nigériane. Un accord bien ficelé dont toutes les facettes ont fait preuves d'une bonne étude.

Cet accord passe notamment par une offre sécuritaire et l’envoi de « conseillers » si besoin est. Même si les modalités de paiements n'ont pas été évoqué, rien n'a été laissé au hasard.

On ne peut non plus en vouloir au Nigeria, partenaire de longue date des états unis avec le blocus imposé par le Sénat américain devant une offre d'Abuja visant à acheter à Washington des armes, armes dont le pays a besoin dans sa lutte contre le terrorisme et les mouvements séparatistes dont il fait l'objet.

Le Nigeria a donc fait le choix d'un nouveau partenaire, qui en plus de lui fournir les armes dont le pays a besoin, est même prêt à former l'armée nigériane et même à déplacer des hommes sur le terrain des opérations.

Le Nigeria fait ainsi un pari risqué, quand on sait que le gouvernement américain ne cautionne pas que ses partenaires fassent affaires avec Moscou. Mais le Nigeria ne peut pas attendre les desideratas de l'oncle Sam car la menace guette, et le pays ouvre par la même occasion une porte à de nombreux pays de l'Afrique de l'ouest vers une Coopération avec le kremlin.

Espérons que le recours de plusieurs états africains à la Russie produira de bons résultats ce qui incitera de plus en plus de pays africains à se tourner vers la Russie qui se positionne ces derniers temps comme le rempart contre les œuvres de certaines nations européennes.

N'oubliez pas de laisser un commentaire si pour donner votre avis et surtout n'oubliez pas de vous abonner et d'aimer notre page.


Source des images : Aa.com.tr, 24heures.th, africacznter.com, bbc com

Content created and supplied by: Master1Gam (via Opera News )

abuja boko haram donald trump nigeria russie

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires