Sign in
Download Opera News App

 

 

PDCI/ Henri Konan Bédié : sortir par la grande porte ou par la fenêtre ?

En 2025, date marquant la prochaine élection présidentielle ivoirienne, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) aura 79 années d’existence dont 26 dans l’opposition. Un bruissement se fait de plus en plus entendre pour que l’actuel président du parti, Henri Konan Bédié (87 ans) s’éclipse avec les honneurs dus à son rang et passe le relais à une nouvelle classe politique. Henri Konan Bédié entendra-t-il de cette oreille ?

Ce n’est un secret pour personne. Les appels à la retraite politique sont de plus en plus vifs à l’endroit de Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara. C’est dans un tel contexte qu’au PDCI, Jean Louis Billon, secrétaire exécutif chargé de l’information, de la communication et de la propagande du PDCI, ne cache pas son ambition présidentielle. 

A juste titre car le 13ème congrès du PDCI est très attendu. Il devrait marquer la désignation du candidat du parti à la présidentielle 2025. Beaucoup attendent un renouveau générationnel avec l’institution d’une nouvelle équipe dirigeante dans ce parti qui ne manque pas de cadres présidentiables.

De Jean Louis Billon à Thierry Tanoh, Yasmina Ouégnin, Noël Akossi Bendjo ou encore Tidjane Thiam, la dream team du PDCI fait rêver. La ferveur collective qui a conduit à l’élection de Yasmina Ouégnin ou encore l’espoir que suscite le nom de Tidjane Thiam vont au-delà des partisans du parti septuagénaire.

Des personnalités toutes aussi présidentiables dont certains refusent l’hibernation. Pendant ce temps, le parti, par la seule volonté de son Président Henri Konan Bédié, contrairement aux résolutions du Congrès de 2012 s’est aligné derrière la candidature d’Alassane Ouattara en 2015 suite à l’appel de Daoukro. Cinq années plus tard, le parti s’inscrit avec le reste de l’opposition dans un boycott de la présidentielle 2020. Des décisions dont les conséquences sont loin d’être positives pour le parti.

Le risque pour le PDCI, à l’instar des conséquences du décès du premier président ivoirien, Félix Houphouët Boigny, sera certainement une guerre de succession. Une sortie de Henri Konan Bédié par la grande porte lors du prochain congrès du parti lui conférerait tous les honneurs. Toutefois, le statu quo, marqué par une soif intense de démocratie interne et d’un renouvellement de la classe politique, ne ferait qu’envenimer la situation par le parricide sur les traces de Kouadio Konan Bertin, actuel ministre de la réconciliation nationale, candidat indépendant à la présidentielle à deux reprises. Comme lui, Jean Louis Billon, Yasmina Ouégnin et autres pourraient être convaincus de ne rien obtenir de Bédié et de prendre le taureau par les cornes pour jouer leur avenir politique.

 

Cyrille NAHIN 

Content created and supplied by: Cyrille_NAHIN (via Opera News )

alassane ouattara henri konan bédié ivoire pdci tidjane thiam

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires