Sign in
Download Opera News App

 

 

Macron dans le viseur des Soroïstes? Pourquoi Soro et ses proches le soupçonnent

Ce Mercredi 24 Novembre, la juge Française, Sabine Kheris convoquait à son cabinet à Paris, l'ex chef du parlement Ivoirien en exil, Guillaume Soro, dans le cadre de la plainte déposée contre lui en 2012 par Michel Gbagbo.

Comme il fallait s'y attendre, la procédure relancée par la juge Française a butée contre la riposte des avocats de l'ex chef du gouvernement, qui sur la base des irrégularités observées dans la forme de la plainte pour laquelle la justice Française s'était déjà déclarée incompétente, ont déposé une requête en nullité.


Mais, pour le leader de Générations et Peuples Solidaires (GPS) lui-même et ses lieutenants, la résurgence de ce dossier résulte d'un complot entre Abidjan et Paris. Le ton en a été donné en fin d'après-midi hier Mercredi par Guillaume Soro en personne, qui affichait clairement ses soupçons d'une implication directe de l'Élysée dans cette affaire.


Quelques heures plus tard, c'est son conseiller spécial pour les relations avec les Partis politiques et les institutions, Mamadou Traoré, qui enfonçait le clou dans un post publié sur sa page Facebook.


"Je confirme que dans cette affaire de la plainte de Michel Gbagbo contre Guillaume Soro, il y a une collusion entre Paris et Abidjan.

Car,cette plainte avait été classée sans suite par le procureur de Paris. 

En la réveillant maintenant et d'une manière maladroite, cela confirme cette collusion. 

Voici pourquoi dans mon post d'aujourd'hui relatif à cette plainte, je donnais des conseils à Michel Gbagbo...", soutenait-t-il, péremptoire.

L'état Français incarné actuellement par le leader de La République En Marche (LREM), serait-t-il réellement trempé dans un plan anti-Soro en lien avec Abidjan ?


Dans le camp du leader de GPS, on en semble convaincu surtout au regard des liens étroits qui continuent de caractériser les relations entre les chefs d'états Ivoirien et Français.

Par ailleurs, l'aversion ouvertement déclarée du locataire de l’Elysée pour Guillaume Soro en Novembre 2020, conforte le camp Soro dans son analyse des faits.

Suite à l'appel du leader de GPS à une intervention de l'armée pour rétablir l'ordre constitutionnel face à ce qu'il considérait comme un coup de force électoral d'Alassane Ouattara, le dirigeant Français le déclarait indésirable sur son territoire. 

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

Guillaume Soro Michel Gbagbo Paris

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires