Sign in
Download Opera News App

 

 

Présidentielle 2025 : un probable duel Patrick Achi - Mamadou Koulibaly se dessine

Au cours de la dernière assemblée générale de la jeunesse de Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), tenue samedi 09 octobre dernier à Yopougon, Koua Justin a appelé plusieurs acteurs de l’opposition au rassemblement de la Gauche. Des noms au nombre desquels revient incessamment celui de l’ex-numéro 2 du régime Gbagbo, le professeur Mamadou Koulibaly. Deux mois plus tôt, nous rappelions que Mamadou Koulibaly était l’autre option pour Gbagbo et Bédié pour la présidentielle 2025.

La limitation de l’âge des candidats à la présidentielle à 75 ans. Tel est l’un des sujets qui cristallisent l’actualité ivoirienne. Cette proposition de loi du député-maire de Tiassalé, Assalé Tiémoko est diversement appréciée. Certains saluent cette initiative qui confère une dimension légale à la volonté d’Alassane Ouattara de se retirer tout en mettant à la retraite ses adversaires politiques Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. Les partisans d’Alassane Ouattara s’arc-boutent autour de la pensée de Laurent Gbagbo, alors président de la République, lorsqu’il affirmait qu’à 75 ans, l’on ne pouvait servir à la tête d’un Etat.

Cette proposition de loi, faut-il le dire, a tout d’un plateau d’or offert à Alassane Ouattara pour sortir par la grande porte et une retraite pour ses adversaires politiques. Dans ce cas, à défaut d’un remarke Laurent Gbagbo – Alassane Ouattara dans lequel l’ex-pensionnaire de la prison de Scheveningen pourrait prendre une revanche, la toute dernière arme de l’opposition politique reste Mamadou Koulibaly (64 ans).

Dans une Côte d’Ivoire ancrée dans le culte de la personnalité et dans laquelle les partis politiques adossées aux ethnies, font office de seconde religion, Mamadou Koulibaly se distingue de cet ancrage sociologique. Transcendant les ethnies et ne tirant point sur la corde tribale, le professeur agrégé en économie s’attaque aux véritables thématiques de la Côte d’Ivoire, avec à l’appui des propositions concrètes. Ses propositions pour gouverner autrement sont connues : régime parlementaire contre régime hyper présidentialiste. Austérité budgétaire, réduction des lignes internationales ou voyages à l’étranger des officiels, lutte contre la surfacturation, rupture avec le franc Cfa...

Au nombre de ses faits d’armes : la dénonciation du renouvellement des contrats de Bolloré sans appel d’offres, la dénonciation du favoritisme au concours d’entrée à l’école de Police par le ministre Désiré Tagro avec lequel il était du même parti politique, la retransmission en direct des débats parlementaires, la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur les crimes de la rébellion et le scandale des déchets toxiques en 2006...

A travers son prêt à diffuser ‘‘Les Jeudis, c’est Koulibaly’’, il contribuait à la formation des citoyens à travers des propositions aux problèmes d’actualité.

Du côté du camp présidentiel, il sera difficile de trouver un meilleur profil présidentiable que celui du Premier ministre Patrick Achi. L’ancien secrétaire général de la présidence ivoirienne (65 ans) est l’homme qu’il faut. Homme de confiance qui a déjà traité des dossiers difficiles, Patrick Achi est une personnalité capable de fédérer, un très bon Premier ministre selon Alassane Ouattara avec une excellente connaissance de l’administration et du secteur privé, une bonne formation, acquise en Côte d’Ivoire, en France et aux États-Unis. L’ex-ministre des infrastructures pendant une dizaine d’années figure est l’arme redoutable du RHDP pour succéder à Alassane Ouattara au sein du parti présidentiel.

Pour conclure, cet autre schéma qui s’offre aux Ivoiriens pourrait mettre en avant le débat des idées dans la non violence en lieu et place du spectre de l’affrontement des blocs politiques.

 

Cyrille NAHIN 


 

Content created and supplied by: Cyrille_NAHIN (via Opera News )

alassane ouattara mamadou koulibaly patrick achi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires