Sign in
Download Opera News App

 

 

Tentative de dialogue avec les djihadistes au Mali : un général dévoile certaines conditions

Le terrorisme au Sahel est en plein boom. Depuis Boko Haram jusqu'à des groupes inconnus, les terroristes ne manquent pas d'occasion de faire parler d'eux à travers des attentats de tous genres. Même ce vendredi 03 décembre, ils ont attaqué des civils d'un village dans un car se rendant au marché. Cela s'est passé au Mali et l'on a enregistré plus de trente personnes tuées.

Les autorités compétentes (politique et militaire) cherchent les voies et moyens pour venir à bout de ce mal. Et parmi les voies envisagées figure une éventuelle discussion, un dialogue avec les djihadistes. A un moment donné, il en a même été question au Mali mais les autorités ont très vite démenti l'information.

A cette éventualité d'un dialogue avec les djihadistes, Babacar Gaye, général sénégalais retraité, ancien patron des forces de l’Onu en RCA, dans une publication parue sur dw.com a dévoilé certaines conditions pour que puisse se tenir un tel dialogue.

Selon l'ancien chef militaire,

"Pour pouvoir discuter, il faut être sur le même pied, il faut reprendre l'ascendant moral sur le terrain", insiste-t-il. "Si vous êtes en situation de faiblesse, il y a des chances que la discussion ne donne pas les résultats attendus".

Toujours selon le général sénégalais, "On dit qu'il ne faut pas le tout sécuritaire, mais il faut quand même une certaine suffisance militaire".

On comprend donc pourquoi en Côte d'Ivoire pour contrer la percée du terrorisme Alassane Ouattara prévoit de recruter d'autres milliers de soldats. Il faut écouter les conseils de ce sachant si l'on veut endiguer durablement ce mal qui ronge le Sahel endeuillant les familles et déplaçant les populations.

Content created and supplied by: Yakouser (via Opera News )

alassane ouattara boko haram mali sahel

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires