Sign in
Download Opera News App

 

 

Gbagbo a piqué là où ça fait mal, le RHDP réagit vigoureusement

Le relatif apaisement observé sur la scène politique depuis les élections législatives ne pouvais perduré longtemps. Surtout avec le retour de l'ancien président Laurent Gbagbo dans l'arène politique. Celui qui a passé une décennie loin de son pays pour des raisons judiciaires, n'est pas revenu faire de la figuration mais plutôt joué un rôle majeur dans la politique ivoirienne. Ces premières prises de paroles, à Mama puis à Daoukro, ont donné le ton, mais c'est l'évocation de la légalité et de la légitimité du mandat actuel du président Ouattara qui a fait sortir le parti présidentiel de sa réserve.

Laurent Gbagbo a dénoncé le non respect des textes, et a rappelé son désaccord avec le troisième mandat controversé du président Ouattara. Une élection boycottée par l'ensemble de l'opposition et qui a fait plusieurs morts et prisonniers dû aux manifestations contre la candidature d'Alassane Ouattara. Avant de jouer pleinement son rôle dans le processus de réconciliation nationale, il a promis de dire sa part de vérité prochainement.

Face à la remise en cause du mandat actuel du président Ouattara, le RHDP ne pouvait pas resté sans réaction aux piques lancés par l'ex président Laurent Gbagbo. La réaction de la majorité présidentielle a été donnée par Adama Bictogo, directeur exécutif du RHDP, accompagné d'autres cadres, Mamadou Touré, porte-parole adjoint du RHDP et Kobenan Adjoumani, porte-parole du RHDP, au cours d'une conférence de presse.

Adama Bictogo a rappelé la gestion du pouvoir par Laurent Gbagbo qu'il qualifie de "calamiteuse". Il a, en outre, ajouté que la repentance de Laurent Gbagbo est toujours attendue, car c'est son refus d'accepter sa défaite à l'élection présidentielle de 2010 qui a engendré les 3000 morts de la crise post-électorale de 2011. Il a rappelé que le président Ouattara n'est coupable de rien car il n'a commis aucun meurtre. Il a aussi demandé le respect de l'ordre constitutionnel, car selon lui la bienveillance du président Ouattara est prise pour de la faiblesse. En ce qui concerne, l'alliance PDCI-RDA/FPI, le cadre du RHDP s'est montré serein. En effet, il estime que cette éventuelle alliance ne repose sur aucun fondement et ne peut pas aboutir à du concret, sans oublier de rappeler que la désobéissance civile mené par Bédié a fait environ 85 morts. Pour finir il a balayé d'un revers de la main, la proposition de dialogue national inclusif demandé par Konan Bédié, qu'il qualifie de conseil national de transition bis. Voici en substance ce qui a été dit lors de cette conférence de presse.

Les prochaines semaines s'annoncent tendues, le pouvoir et l'opposition semblent irréconciliable car chacun se rejettent la faute. Cependant celui qui peut mettre fin à toute cette animosité, est le président Ouattara qui après avoir créé le ministère de la réconciliation nationale, doit réunir l'ensemble des ivoiriens, y compris Soro Guillaume et Blé Goude, pour un dialogue de vérité, étape indispensable à une réconciliation nationale.

H.L.V

Content created and supplied by: HenocleVeinard (via Opera News )

laurent gbagbo rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires