Sign in
Download Opera News App

 

 

Pickass à propos du camp Ouattara : "c'est eux que la CPI n'a pas jugé, ils doivent être inquiets"

Le Procureur de la République, Adou Richard Christophe a présenté le rapport de l’unité spéciale d’enquête mise en place pour élucider les violences qui ont conduit aux violences électorales lors de la Présidentielle de 2020. « Tous ceux qui ont contribué à la désobéissance civile des élections Présidentielles de 2020 seront poursuivis », a prévenu le Procureur de la République le lundi 27 décembre 2021 à Abidjan-Plateau. Ainsi, les leaders de la désobéissance civile de 2020 peuvent être poursuivis par la justice ivoirienne pour des cas de violences enregistrés, si la justice arrivait à prouver leur culpabilité. Une annonce qui continue de faire réagir l'opinion publique ivoirienne et certaines personnalités politiques proches de l'opposition significative.

Alors qu'il animait une conférence de presse ce jeudi 27 janvier 2022, au siège du PPA-CI, sis à Cocody Riviera Palmeraie, Damana Adia Pickass, secrétaire général du parti de Laurent Gbagbo a réagi à cette sortie du Procureur Adou Richard qu'il juge inopportune. Pour lui, le gouvernement doit payer le prix de la réconciliation pour obtenir cette réconciliation tant recherchée par les Ivoiriens à travers des actes concrets. D'ailleurs il ajoute qu'en tant qu'acquitté, ce dialogue politique devrait arranger le parti au pouvoir qui, contrairement à eux n'a pas été jugé par la CPI. « Il faut que le gouvernement opté pour la paix et la réconciliation. Et pour le faire, il faut que le gouvernement fasse cette option. Et quand on fait une option de la paix et de la réconciliation, ça veut dire qu'on est prêt à en payer le prix. Mais dans le cas d'espèce, je ne sais même pas quel prix il paye », s'est-il désolé.

Et de rappeler : « la dernière fois, en plein dialogue politique, nous avons vu la sortie du Procureur de la République. Alors là, pour faire voler en éclat, tous nos minces espoirs sur les attentes de ce dialogue politique. Et on a vu le RHDP renchérir comme si le Procureur était leur employé pour dire que le Procureur a bien fait et que la justice n'est pas incompatible avec la réconciliation. (...) Sinon, si on veut mettre la justice au service de la réconciliation, ce qui est bonne chose, il faut qu'elle soit équitable au service de tous. Parce que nous, nous sommes des démocrates et nous n'avons pas peur de la justice. Si nous avons affronté la CPI pendant 10 ans, dans la sérénité et puis nous avons triomphé, ce n'est pas de la justice du Plateau que nous aurons peur. Mais quand on dit d'aller à un dialogue politique pour essayer de larguer les contradictions et trouver un minimum de consensus, c'est eux que ça arrange le plus parce que c'est eux que la CPI n'a pas encore jugé. C'est eux qui doivent se faire des inquiétudes parce qu'on a été acquitté. Je ne sais pas s'ils savent ce que c'est sur l'acquittement. Je ne sais pas s'ils ont bien lu la décision de la CPI acquittant le président Laurent Gbagbo ».


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

CPI Procureur de la République

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires