Sign in
Download Opera News App

 

 

Les Dozos, auxiliaires des forces de l'ordre : le RHDP confirme

A la faveur des tueries de Guézon à 36 minutes de Duékoué, dimanche 28 décembre 2020, nous nous interrogieons sur le rôle des chasseurs traditionnels Dozo aux yeux du régime Ouattara. En effet, les Dozo, accusés de plusieurs crimes pourtant, semblent faire office d'auxiliaires des forces l'ordre sous le régime Ouattara. Les derniers rebondissements de l'actualité confirme cette thèse.

Lundi 12 avril 2021, un véhicule de patrouille de type 4*4 est offert aux chasseurs traditionnels Dozo du département de Sinematiali par Dr Adama Coulibaly, directeur exécutif adjoint du RHDP, par ailleurs Directeur général du Conseil Coton Anarcade.

L'aspect solennel de cette cérémonie est ponctué par le lieu, la préfecture de Sinematiali, les officiels : le corps préfectoral, le Maire Coulibaly Nandoh, le suppléant du député Fidèle Sarassoro, Soro Sitafa, le commandant de brigade de Sinematiali, des représentants des chefs de cantons, des chefs de villages et les guides religieux. Faut il encore d'autres preuves qui attestent le rôle de maintien de l'ordre attribué à ces chasseurs traditionnels par le régime d'Abidjan ?

Rappelons que ces forces traditionnels Dozo ont réussi dans cette région à mettre le grappin sur des trafiquants qui commercialisent l'anacarde en dehors du circuit légal.

Là où le bât blesse, c'est que ces chasseurs traditionnels Dozo sont illegalement armés. Un rapport accablant de la mission de l’ONU en Côte d’Ivoire fait état de 228 personnes tuées et 164 blessés par les Dozo entre mars 2009 et mai 2013. Eugène Nindorera, alors chef de la division des droits de l’Homme de l’Onuci dénonçait des extorsions des Dozo sur les populations lors des barrages érigés par ces derniers.

A l'Ouest de la Côte d'Ivoire, ces Dozo érigent des barrages et s'adonnent à des contrôles routiers à l'instar des forces de sécurité, Police et Gendarmerie.

Pour Bakari Ouattara, secrétaire général des dozos de Côte d’Ivoire, les barrages s’expliquent par une substitution aux forces de sécurité en raison de l’impossibilité de l’Etat ivoirien d’installer la police dans les villages.

Voila qui est clair. Ce don de véhicule de patrouille aux Dozo confirme ce rôle d'auxiliaire que le régime Ouattara leur confère.

Estimés à 200.000 hommes en 2014 par le ministère de l’Intérieur, ils prennent une part active dans le renversement de l’ex-président Laurent Gbagbo en 2011. Reste à connaître le décret officiel qui institue cette force parallèle et son ministère de tutelle.



Cyrille NAHIN

Content created and supplied by: Cyrille_NAHIN (via Opera News )

rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires