Sign in
Download Opera News App

 

 

Justices internationales : Poursuivis, Blaise Compaoré et de Karim Keïta sous le toit ivoirien

Tant de crises, tant de conflits sociaux politiques, tant de dégradations dans les relations inter-Etats ont émaillé le continent africain depuis des décennies. Des injustices conflictuelles dues aux abus de pouvoir, des relations insensées, parfois diaboliques sont des maux qui, d'année en année, mettent continuellement au regret les populations africaines. Chaque pays africain a son histoire. Certains pays se partagent presque les mêmes histoires par rapport à leur voisinage ou leur situation géographique. La Côte d'Ivoire, dans les relations avec ses pays limitrophes est aussi soumis, que tous les autres, à certains sacrifices.

La Côte d'Ivoire, pays de paix, pays d'hospitalité comme on aimait l'appeler au temps de son premier Président, feu Félix Houphouët Boigny est restée fidèle à ses qualités. Aujourd'hui, avec 2.5 millions d’étrangers pour une population totale de 23 millions d’habitants, la Côte d'Ivoire se positionne à la première place du classement des pays africains les plus hospitaliers. A part quelques relations défigurées dues à la crise post électorale, elle reste connu pour son accueil chaleureux et la facilité pour les étrangers d’obtenir la nationalité et les privilèges y afférents. Ces qualités qu'elle possède sont aussi, au delà des relations naturelles, d'ordre politique.

Deux politiciens de taille, l'un ancien Chef d'État et l'autre, ancien député ont présentement élu domicile en Côte d'Ivoire. Le premier, Blaise Compaoré, homme d'État burkinabé, président de la République de 1987 à 2014. Le second, Karim Keïta, ancien Député et fils de l'ex-président Ibrahim Boubacar Keïta dit IBK. Les causes de leur présence sur la terre d'Eburnie sont connues de tous. Poursuivis par la justice de leur pays respectifs ces deux politiciens sont accusés de crimes ou de responsabilités dans des affaires liées à des crimes.

Blaise Compaoré vie en Côte d'Ivoire depuis qu'il a quitté le pouvoir au Burkina Faso. Il s'y est réfugié et a obtenu la nationalité ivoirienne. Il est poursuivi par son pays pour son implication dans l'assassinat de l'ex-président Thomas Sankara. Pour rappel, Sankara a été assassiné le 15 octobre 1987 à Ouagadougou au Burkina Faso. C'était un homme d'État anti-impérialiste, révolutionnaire, socialiste, panafricaniste et tiers-mondiste. Il fut Chef d'État de 1983-1987 de la République de Haute-Volta rebaptisée Burkina Faso peu après.

Karim Keïta, lui aussi vie en Côte d'Ivoire depuis plusieurs années. Il faut dire qu'il n'y est pas pour du tourisme. C'est à la suite de son implication dans l'affaire du journaliste malien Birama Touré disparu il y a 5 ans. Il a également élu domicile en Côte d'Ivoire et y mène sa vie en toute quiétude. Birama Touré travaillait pour le journal malien d’investigation le "Sphinx". Sa disparition fut surprenante. C'est à la suite de l'affirmation de la presse locale selon laquelle Karim Kéita, l'ancien député, saurait beaucoup de chose de cette disparition que ce dernier est poursuivi. L'affaire refait bruyamment surface et voila que la justice malienne saisie INTERPOL pour lancer contre lui un mandat d'arrêt international ce lundi 5 juillet 2021.

Blaise Compaoré et Karim Keïta séjournent en Côte d'Ivoire pendant que la justice de leur pays respectif a besoin d'eux. C'est un pays qu'ils ont choisi pour des raisons propres à eux. La justice nationale et internationale, selon les lois en vigueur sauront comment régler ces problèmes. La Côte d'Ivoire quand à elle, n'est qu'un pays d'accueil, un pays hospitalier.

Jean Didier Degolé

Content created and supplied by: Jeandidierdegolé (via Opera News )

blaise compaoré justices internationales karim keïta

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires