Sign in
Download Opera News App

 

 

Chronique / "Suivez mon regard": autoroute Abidjan-Bassam, un péage qui se paie notre tête?

C'est fait! La ville historique de Grand-Bassam vient d'épouser l'ère du temps, à travers l'ouverture d'un poste à péage pour y accéder. Sauf que cela suscite des grincements de dents; ça grogne fort! Et pour cause, le coût exorbitant lié au passage des véhicules: 1000 francs, 1500, 2500 et 3500 francs CFA, selon les catégories.

Face aux mécontentements des populations faisant déjà face aux impôts, le patron des routes ivoiriennes est monté au créneau pour tenter de se justifier. Les prix au péage de Bassam ne relèvent pas de son fait, mais plutôt de celui du patron du pays, essaie de se dédouaner le patron des routes. Surprenant tout de même qu'il nous apprenne que les prix ont été fixés par le grand patron, déjà très occupé à gérer les grands dossiers de la République.

Dans ses explications, le patron des routes ivoiriennes n'a pas fait dans la dentelle. A tous les grognons, il leur a sèchement répondu que personne ne les obligeait à emprunter l'autoroute à péage; ils n'avaient qu'à se rabattre sur l'ancienne route, si cela pouvait les apaiser, d'autant plus que les villages s'y trouvaient en bordure. Une communication assez spéciale pour espérer faire avaler la pilule, s'avérant amère pour de nombreux concitoyens.

Les conséquences, elles, n'ont pas tardé à se matérialiser. Le coût du transport a pris un coup; Abidjan-Bonoua est passé de 700 à 900 francs CFA, ouvrant ainsi le bal à une augmentation, qui ne tardera certainement pas à se faire en cascade. Apparemment, l'appel du patron des routes a été entendu, puisque la solution qu'il proposait aux mécontents des tarifs du péage, est en train d'être appliquée à la lettre. Résultat, le trafic routier sur l'ancienne route est devenu encore plus dense, avec un risque accru d'accidents de la circulation, rien que pour "fuir" le fameux péage.

C'est assurément un large boulevard de questions qui est laissé aux populations qui s'interrogent quant à l'opportunité d'une telle mesure impopulaire liée au coût exorbitant du péage de l'autoroute Abidjan-Bassam; encore que de nombreux concitoyens se plaignent déjà de la flambée des prix des denrées alimentaires sur les marchés, de la hausse du carburant dans les stations services, étouffés qu'ils sont par la cherté de la vie que cet autre péage rend encore plus infernale. Suivez mon regard...

THE BEST OF THE BEST

Content created and supplied by: thebestofthebest (via Opera News )

bassam

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires