Sign in
Download Opera News App

 

 

De la cacographie à la dictée de Prospère Merimée

Bien avant la dictée que nous connaissons aujourd'hui, il y avait la cacographie qui permettait à l’élève de corriger les fautes délibérées introduites dans un texte. Elle est apparue en 1803, en France.

En 1850, l’on nota l’échec de ce système d’enseignement, les élèves mémorisant parfois, les mauvaises formulations. La dictée s’est révélée productive et même divertissante, permettant de découvrir des mots nouveaux. 

En 1857, l’impératrice Eugénie de France, commande une dictée à Prospère Mérimée, pour divertir la cour. C’est l’une des dictées les plus célèbres. L’impératrice elle-même fit 62 fautes, l’écrivain Alexandre Dumas fils fit 19 fautes et l’ambassadeur d’Autriche…3 fautes.

Une autre dictée célèbre est la dictée du diable (de René Thimonnier, en 1965). Elle permet par exemple de faire la différence entre quelque (adverbe) et quelque (adjectif).

Dans les pays anglo-saxons, la dictée n’existe pas sous notre forme. C’est du speeling bee qui consiste à épeler verbalement les mots. Par contre en Chine, la dictée est au cœur de l'enseignement primaire.

#dfgweb 

Source : Wikipédia 

Crédit photo : www.historia.fr

Content created and supplied by: DesforgesAdediha (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires