Sign in
Download Opera News App

 

 

Débat / Légalisation de l'homosexualité en Côte d'ivoire : Alain Lobognon explique et prend position

Depuis quelques semaines, un débat passionné tant sur les réseaux sociaux que dans des cercles de discussion restreints enflamme les échanges quant à l’éventualité d’un projet de loi tendant à légaliser l’homosexualité en Côte d’Ivoire. Les échanges sont si enflammés autour de ce débat que des élus sont montés au créneau pour exclure tout projet allant dans le sens de la légalisation de l’homosexualité en Côte d’Ivoire. C’est à cet exercice que s’est livré d’Assalé Tiemoko Antoine, député de la circonscription de Morokro-Tiassalé qui est intervenu pour mettre fin aux folles rumeurs tendant à faire croire que la  Côte d’Ivoire était sur le point de légaliser de l’homosexualité. 

« Il n’y a aucun projet de loi de ce genre, actuellement sur la table des députes en Côte d’Ivoire », a affirmé l’honorable Assalé Tiemoko. Selon cet élu et patron de presse, tout et parti de l’article 256 du code pénal et d’expliquer « Il se trouve que sur les sanctions contre les discriminations, un segment de mots ‘’Orientation sexuelle’’ dans l’énumération des types de discriminations, a prêté à confusion, au moment de la discussion en commission, » donc les députés de la Commission des affaires générales et institutionnelles, à qui le projet de loi avait été soumis, ont pris la décision de retirer le groupe de mots à la base des nombreuses réactions controversées. Si pour l’heure rien ne va dans le sens de la légalisation de l’homosexualité en Côte d’Ivoire, il faut reconnaitre que le lièvre a été levé par ce ‘’segment de mots’’ et il faut donc mener le débat.

 Il faut le dire, dans un pays comme la Côte d’Ivoire et bien d’autres Etats africains encore foncièrement puritains avec une forte dose de religiosité et surtout des valeurs socio-culturelles séculaires prégnantes, l’union entre deux personnes de même sexe qui a court dans certains pays dits avancés et qui y est librement acceptée heurte encore les esprits.

L’ex ministre de la jeunesse et des sports Alain Lobognon s’est aussi invité dans ce débat pour faire entendre son opinion. Pour l’ex député de Fresco, « personne ne demande à naître avec une orientation sexuelle. Alors pourquoi la discriminer ? » s’interroge-t-il. Pour l’ex ministre « Il faut donc s’inquiéter quand, chez nous, en Côte d’Ivoire, l’on fait de la légalisation de l’homosexualité et des droits des homosexuels une fixation politique ». Par ailleurs, si l’édiction d’une loi vise à protéger des personnes homosexuelles de toutes discriminations, il n’y voit aucun inconvénient « Si un texte de loi doit encadrer la reconnaissance des homosexuels, en tant que humain, cela ne me choque nullement ». Il  revient donc au constituant ivoirien selon Alain Lobognon « d’admettre et de reconnaître les différences sexuelles sans pour autant mettre dans le panier, la zoophilie et la pédophilie ».

L’ex député de Fresco affirme également que « l’opposition systématique aux droits des homosexuels ne doit plus prospérer en Côte d’Ivoire. Parce que chacun de nous connaît, ou est proche d’une personne aux orientations sexuelles différentes. Des homosexuels, toutes les religions et tous les partis politiques en comptent ». Dès lors, une évidence s’impose à tous et cette évidence, celle de légiférer « pour l’avenir ». Mais dans quel sens ? Sommes-nous tentés de nous interroger.

 

Content created and supplied by: SGB78 (via Opera News )

alain lobognon côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires