Sign in
Download Opera News App

 

 

Avenir politique de Simone Gbagbo : voici les deux options qui s'offrent à elle selon Jean Bonin

Ancien collaborateur de Pascal Affi N'guessan, Jean Bonin Kouadio ne manque aucune occasion pour s'exprimer sur l'actualité politique. Dans un direct publié sur sa page facebook dans la soirée de ce jeudi 9 septembre 2021, l'ex vice-président du Front Populaire Ivoirien (FPI) en charge de la communication et du marketing politique s'est exprimé sur la situation à laquelle est confrontée l'ancienne Première Dame dans la création du parti politique du président Laurent Gbagbo.

Dans sa réaction à sa nomination “sans son accord”, Simone Gbagbo avait mis en avant sa mise à l'écart par ses camarades dans la conception de ce nouveau projet politique. Pas du tout associée aux décisions, elle a dit être surprise de voir son nom figurer sur la liste du “groupe de réflexion élargi”. Dénonçant un manque de “respect et de considération” de sa personne par ses camarades, elle se dit peu encline à s'associer à leur initiative d'autant plus qu'elle n'a participé à “aucune convocation de réunion, aucune consultation, des nominations que l’on découvre sur Internet ou dans la presse écrite”.

Jean Bonin Kouadio est convaincu qu'il sera difficile pour l'ancienne députée d'Abobo d'exister politiquement dans ce nouvel instrument de lutte. Une seule raison militerait en faveur de cette position : la mise à l'écart de Mme Gbagbo (2ème vice-présidente) de la présidence au sein du FPI GOR par son époux après le décès du 1er vice-président, Abou Drahamane Sangaré au profit du secrétaire général, Assoa Adou. Créer son parti ou rejoindre Affi N'guessan au FPI, sont les deux options qui s'offrent à Mme Gbagbo pour rebondir politiquement selon M Bonin.

« Dans leur organisation, Abou Drahamane Sangaré était le premier vice-président et assurait à ce titre l'intérim de Gbagbo. Simone Gbagbo était la deuxième vice-présidente Lorsque Abou Drahamane Sangaré est décédé, Gbagbo s'est empressé pour prendre une décision pour dire que, c'est Asssoa Adou, secrétaire général, qui était son interlocuteur privilégié et donc qui assurait l'intérim du président du parti. C'est lui qui convoquait les réunions du parti. Ça veut dire qu'à cette époque, il y a des velléités claires d'exclure Simone Gbagbo de la ligne du pouvoir. Ce qui fait que, si vous remarquez, on ne voit plus Assoa Adou aux côtés de Simone Gbagbo. Elle était en retrait parce qu'ils l'ont poussé à se mettre en retrait. (...) Quand elle a dit qu'elle allait intégrer le nouveau parti, elle savait bien que ces hommes à elle, étaient ostracisés auprès de Gbagbo » a-t-il expliqué.

Et a-t-il poursuivi : « Si elle veut avoir un avenir politique, elle a deux options qui s'offrent à elle. Soit elle va créer un parti politique qui est une aventure périlleuse. Aller créer un parti avec tout le travail d'implantation qu'il y a derrière, ce n'est pas évident. Soit elle s'assoie avec Affi N'guessan et discute. (...) Ce que je pourrai dire à Simone Gbagbo, c'est de rejoindre Affi N'guessan, de s'asseoir et ensemble de donner un nouveau visage à ce FPI parce qu'il n'y a pas d'avenir dans le parti que Gbagbo va créer », a estimé M Bonin Kouadio.


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

jean bonin laurent gbagbo.. pascal affi n'guessan simone gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires