Sign in
Download Opera News App

 

 

Songon/Abadjin-Kouté: palabres de chefferie aux obsèques de deux habitants décédés

Au premier plan les Tchagba Djéhou et au fond d'autres notables recevant les étrangers venus aux obsèques


Nouvelles tensions vendredi 21 mai à Abadjin-Kouté autour des obsèques de deux habitants décédés en avril. Ces tensions sont dues à la crise de la chefferie qui a cours dans le village depuis 2019. Les personnes décédées sont Danho Asseké Abraham et Koutouan Intehou Jeanne .Cette défunte est la mère de Djoman Calixte, chef contesté par des doyens de la génération Tchagba d'Abadjin-Kouté. La cérémonie funéraire a eu lieu au Palais du village,c'est-à-dire au siège de la chefferie dans une ambiance surchauffée et sous la protection d'agents de la brigade de Songon. 

A l'ouverture du palais, on a assisté à des échauffourées pour l'occupation des premiers sièges au milieu de la grande salle, sièges réservés aux tenants du pouvoir à Abadjin-Kouté. D'un côté, on avait des membres de la génération Tchagba avec à leur tête Issif Yepi Esaïe doyen de la génération et de l'autre, d'autres membres de la même génération Tchagba renforcés par les hommes forts de la génération Dougbô et membres des autres générations.

Pour mieux cerner la situation, il faut savoir que le premier groupe dit avoir choisi Aké Nimba Gervais comme le chef du village et l'autre groupe soutient que c'est Djoman Calixte qui a été désigné chef. 

Hier vendredi, le doyen Issif Yepi et les autres membres de la génération ont réussi à occuper les premiers sièges. Non contents, les autres sont d'abord ressortis , quelques minutes après, ils sont revenus. Mais ils se sont mis du côté droit du palais. Ils ont formé une ronde et c'est à cette ronde que les condoléances et réceptions des dons ont eu lieu. Les invités parmi lesquels les chefs de Bimbresso, Songon-Dagbé, Songon-Té et de Kossihoin, ont été un peu perdus par cette occupation de la salle qui exposait la crise du village. La cérémonie funéraire s'est déroulée en présence de Djoman Calixte et l'ex-chef Koutouan Yorokoua Bertin de la génération Dougbô. Après quoi, il y a eu la messe de requiem puis les inhumations des deux corps. Préalablement annoncé au Palais, le sous-préfet de Songon, Stephane Guiriga s'est directement rendu à la messe de requiem. 

Issif Yepi Esaïe, doyen de la génération Tchagba d'Abadjin-Kouté


Mais il convient de souligner que, à deux reprises, au moment de la présentation des condoléances et de la réception des dons, le doyen Issif Yepi Esaïe s'est levé pour dire à haute voix: " Djoman Calixte, tu sais que tu n'es pas le chef de ce village. Nous les doyens de la génération Tchagba, nous ne t'avons pas choisi". Selon des sages du village, en cas de litige de chefferie, c'est le doyen des Tchagba Djéhou qui assure l'intérim jusqu'au règlement du conflit.

Quelques jours plus tôt, flairant les échauffourées, le sous-préfet avait adressé une lettre à MM Issif Yepi Esaïe et Mobio Akedan, deux des chefs de fil de la contestation pour leur dire qu'ils seraient tenus responsables des troubles qui interviendraient le jour des obsèques. Ces derniers avaient répondu en assurant que jamais des obsèques n'ont été le théâtre de troubles et que ce sera encore le cas. 

Mais vendredi 21 mai, on a tout de même senti la tension. Les Tchagba Djéhou( les doyens de la génération) ont estimé que derrière la cérémonie se dessinait la légitimation du chef qu'ils contestent car ce dernier, au lieu d'être en habits de deuil était en habits de chef Akan avec Kita, chaîne et bracelet en or et une couronne sur la tête. " Si le doyen du village avait fait une libation de bénédiction, cela aurait signifié que Djoman Calixte est confirmé chef aux yeux de tous les villageois. Mais le doyen n'est pas allé dans ce sens, c'est pourquoi nous nous sommes calmés. Nous avons aussi voulu honorer la mémoire des défunts et pour ne pas gêner l'action de la justice où l'affaire est pendante", a indiqué Mobio Akedan. 

Du côté du chef Djoman Calixte, des ressortissants du village supposés lui être favorables n'ont pas voulu parler hier. Ce samedi, joint au téléphone, l'un d'entre eux a exprimé son mécontentement pour le fait que nous ne les avons pas approchés hier vendredi. Nous avons réagi pour dire que la pluie nous en avait empêché et que certains habitants approchés ou joints au téléphone avaient refusé de parler. " Pour le respect que je vous dois,je vous dis que le village n'a pas de déclaration à faire à la presse. On n'a pas d'interview à accorder à un organe. Vous l'avez constaté, la vie du village suit son cours normal", a indiqué Ferdinand Aboussou, secrétaire du chef Djoman Calixte joint au téléphone. Nous souhaitions qu'il nous mette en contact avec le chef ou qu'il ait l'autorisation de répondre à quelques unes de nos question. 

La crise de chefferie d'Abadjin-Kouté date de 2019, à la fin du mandat de la génération Dougbô. Dès janvier 2020, le pouvoir est dévolu à la génération Tchagba. C'est le chef à choisir au sein de cette génération qui est conflictuel. Les doyens de la génération disent que le 8 mars 2020, Aké Nimba Gervais a été choisi. Et ils ont confirmé ce choix le 19 juillet 2020. Mais le 22 août 2020, un autre groupe de Tchagba, avec le soutien de la génération sortante ont désigné Djoman Calixte. Le 27 janvier 2020, le sous-préfet de Songon a organisé une consultation populaire au siège de la chefferie. A l'unanimité des personnes présentes, le choix de Djoman Calixte a été approuvé. Mais les contestataires ont boycotté la cérémonie car dénonçant plusieurs vices de procédure dans la désignation du chef Djoman Calixte, dans la procédure de la convocation et la qualité des participants. Une chose est sûre, l'administration de la sous-préfecture de Songon reconnait le chef Calixte en se basant sur certains faits dont la consultation populaire. Mais l'arrêté préfectoral de nomination n'est pas encore signé.

Les Tchagba Djéhou ont saisi la justice. L'affaire suit son cours. Une entrevue avec le camp Djoman Calixte aurait permis de mieux cerner la crise mais comme l'a indiqué ci-dessus M. Aboussou, il n'entend pas accorder d'interview.

Dan Opéli

Content created and supplied by: Dan_Opeli (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires