Sign in
Download Opera News App

 

 

Laurent Gbagbo, 1er adjoint au maire de Ouragahio ? Le cri du cœur du député-maire Antoni Garou

Dans une interview réalisée par africanewsquick.net, Antoni Garou, député-maire de Ouragahio, dans le département de Gagnoa, a affirmé que le président Laurent Gbagbo était son 1er adjoint au maire. Il a lancé un cri que cœur et un plaidoyer pour sa commune et le grand Ouragahio.

 

Présentant sa commune, il estime que «Ouragahio est une petite commune par la taille mais une grande commune par sa réputation. Et cette réputation, on l’a acquise grâce au président Laurent Gbagbo. Mais je le disais tantôt Ouragahio est une petite commune du point de vue des moyens. Notre budget ne dépasse guère les 300 millions F Cfa. Avec un tel budget vous conviendrez avec moi qu’on ne peut pas faire de grande chose. Il n’y a pas d’usine, pas de grands commerces, pas de banque».

Mais, ajoute-t-il, «allez-y voir à Ouragahio pour voir ce qu’on est en train d’y faire. Je ne dis pas qu’on a tout fait, mais nous utilisons notre carnet d’adresses. Nos amis sur le plan interne, externe et même le pouvoir en place. Parce qu’on a des amis partout. Allez-y voir et vous comprendrez que depuis deux ans Ouragahio a pris l’allure d’une véritable ville».

Il poursuit pour dire: «Nous nous battons pour que Ouragahio aille de l’avant. Le président Laurent Gbagbo vient d’arriver. Je l’ai rencontré et je lui ai dit qu’il est le premier adjoint au maire, parce que c’est moi qui suis son maire. Il va donc jouer sa partition et nous allons profiter de son carnet d’adresse pour qu’on marque de notre empreinte l’histoire de Ouragahio».

Pour Antoni Garou, «aujourd’hui, on a un château d’eau, un lycée en construction, des rues qui sont bitumées. On a aussi d’autres projets. On aura bientôt la cité de la diaspora, le complexe sportif de proximité que nous avons acquis auprès de l’Etat de Côte d’Ivoire. Je voudrais remercier le ministre Danho Paulin qui m'accompagne beaucoup dans mes projets. Nous sommes en train de travailler».

Il a fait, dans cette interview, une révélation sur ses démarches pour obtenir des financements pour ses projets dans sa commune. «Je vais dire une chose, quand je vais vers les membres du gouvernement, ils ne me disent pas que je suis un opposant ou que c’est à Ouragahio! Ils m’ouvrent tous leurs portes. Même les ex-premiers ministres Amadou Gon Coulibaly et Hamed Bakayoko m’ont toujours ouvert la porte. Quand j’arrivais chez eux, ils me disaient ‘’’ah c’est chez notre frère Laurent Gbagbo’’ et ils m’ouvrent des portes. Certains disent que je suis Rdr. Je dis non! J’ai occupé de hautes fonctions dans ce pays et j’ai fait des choses pour les autres. Aujourd’hui c’est le retour de l’ascenseur. Quand on est opposant cela ne veut pas dire qu’on doit avoir le couteau entre les dents! Si vous ne parlez pas avec les membres du gouvernement, ce sont eux qui ont la signature! On est d’accord qu’on ne partage pas les mêmes idéologies politiques, mais nous ne sommes des ennemis», révèle le maire de Ouragahio.

Puis, il finit par un plaidoyer : «Voyez-vous, Ouragahio n’a qu’un seul député pour 300 mille habitants, quatre sous-préfectures. Le député doit encadrer la population. Est-ce qu’un seul député peut encadrer quatre sous-préfectures? Je plaide donc auprès du gouvernement pour nous aider à avoir d’autres députés. Même si ce n’est pas dans les quatre sous-préfectures, Bayota qui est un centre commercial important, devrait avoir au moins un député. Je compte faire des démarches dans ce sens auprès du gouvernement. Ouragahio a une grande population; il nous faut aujourd'hui un département. Le département c’est un instrument qui accompagne la décentralisation. Ce n’est pas une affaire de mode. Il faut surtout que l’Etat donne des moyens aux entités décentralisées que sont les Districts, les régions et les communes. On gouverne aujourd’hui par la décentralisation dans le monde entier. Mais en Côte d’Ivoire, la décentralisation n’est pas suffisamment financée par l’Etat. Pendant que les régions et les communes ne sont pas suffisamment financées, on crée encore des Districts. Je crois que ce sont des choses pour lesquelles les députés doivent plaider pour que les communes et les régions soient suffisamment financées. Il faut que le président de la République reçoive, au moins dans l’année, les maires, pour que ceux-ci posent directement leurs problèmes», a plaidé le premier magistrat de la comme de Ouragahio, le député-maire Antoni Garou.

 

 

Gilles Richard OMAEL

Content created and supplied by: Africanewsquick.net (via Opera News )

antoni garou laurent gbagbo ouragahio

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires