Sign in
Download Opera News App

 

 

Billon aux jeunes du PDCI : "On ne peut pas toujours se réfugier derrière les papas"

La jeunesse du Parti démocratique de Côte d'Ivoire, qualifiée de "fils à papa", a reçu un message de la part de Jean-Louis Billon, député issu de ses rangs, dans la circonscription de Dabakala. C'était lors d'un entretien accordé au journal Le Nouveau Réveil, proche du vieux parti.

"Votre message à l’endroit de la jeunesse de votre parti, la jeunesse ivoirienne et aux personnes de l’ancienne génération ?". telle est la question posée par le journal, dans l'interview qui a fait la grande une d'hier jeudi.

"Moi, j’ai beaucoup observé la vie de la nation ivoirienne. Ce que j’ai constaté, c’est que le président Félix Houphouët-Boigny qui est notre référent politique, a fait confiance très tôt aux jeunes", a déclaré le secrétaire exécutif du PDCI chargé de la communication et de la propagande.

"Les membres du Bureau politique du Pdci et des autres instances du parti étaient très jeunes. Autour de lui, il n’y avait que des jeunes et ces jeunes ont fait des miracles", a rappelé l'ex-ministre du Commerce, dans le gouvernement du président Alassane Ouattara.

"Aujourd’hui, que des jeunes compétents, volontaires, dynamiques, prennent leur responsabilité, cela devrait être encouragé. On ne peut pas toujours se réfugier derrière les papas, les oncles, les anciens et exiger d’eux des efforts qu’ils ne peuvent plus faire. Il y a une position de confort que nous constatons", soutient Jean Louis Billon.

Dénonçant le fait qu'au sein de son parti, "il y a beaucoup de jeunes qui manquent de courage et qui ne veulent pas monter au créneau et qui attendent que les anciens leur confient des petites missions qu’ils font. C’est comme un enfant qui ne veut pas partir de la maison. A un moment donné, il faut se prendre en charge. Et ce temps-là est arrivé au Pdci pour que ces jeunes entrent en action".

Content created and supplied by: Ivoir'Soir.net (via Opera News )

côte d'ivoire dabakala jean louis billon.. jean-louis billon

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires