Sign in
Download Opera News App

 

 

Critiqué sur son mutisme en Côte d'Ivoire : Macron tente de se racheter face aux répressions au Tchad

Comme s'il s'était subitement rendu compte d'une erreur gravissime qu'il avait fait ce Vendredi 24 Avril devant ses pairs Africains à N'Djamena lors des obsèques du défunt chef d'état Tchadien, Idriss Déby Itno, Emmanuel Macron a tenté de rectifier le tir ce Mardi 27 Avril, excédé par la répression violente qui s'est abattu sur les manifestants qui protestaient dans la capitale Tchadienne, contre la junte au pouvoir. 

2 morts, de nombreux blessés et plusieurs arrestations, le bilan de cette matinée de manifestation populaire à N'djamena, la première contre le Comité Militaire de Transition (CMT), dirigé par le Général Mahamat Déby Itno, fils du défunt président, a choqué l'opinion internationale. Piqué au vif, le chef de l'état Français, qui 4 jours plus tôt, promettait le soutien de la France au régime militaire, qui s'est emparé au pouvoir à Ndjamena, en violation flagrante de la constitution, s'est empressé de réagir en condamnant ''avec la plus grande fermeté, la répression'' menée par les militaires. 

En outre, le locataire de l'Elysée a également indiqué que la France soutient ''une transition pacifique, démocratique et inclusive'', tout en se déclarant opposé à ''un plan de succession''. Cette prise de position du numéro 1 Français qui contraste absolument avec le soutien qu'il affichait la semaine dernière aux nouveaux maîtres de N'djamena, constitue un revirement spectaculaire, là où la junte militaire est sorti renforcée de la cérémonie funèbre de ce Vendredi 24 Avril. 

Outre la bourde politique à laquelle il s'est laissé aller en apportant son soutien au CMT, Emmanuel Macron tente visiblement de réussir le double coup d'effacer son mutisme lors de la crise électorale du 3ème mandat qui lui avait valu des critiques virulentes de la part des opposants Ivoiriens et d'observateurs internationaux. Malgré la succession d'exactions sur des manifestants lors de la crise du 3ème mandat, Emmanuel Macron s'était emmuré dans un silence, que beaucoup ont jugés coupable, d'autant plus que la candidature de son homologue Ivoirien, était largement contesté d'un point de vue constitutionnel. 

5 mois après la crise du 3ème mandat en Côte d'Ivoire, le chef de l'état Français, après s'être enfoncé dans un soutien au viol de la constitution au Tchad, se pose en défenseur de la constitution dans ce même pays. La sortie musclée de Macron de ce Mardi 27 Avril, saura-t-elle pour autant convaincre? 

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

côte d'ivoire emmanuel macron tchad

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires