Sign in
Download Opera News App

 

 

Présidentielle 2025 : le PDCI osera-t-il sacrifier Bédié au profit d’un plus jeune ?

Le premier semestre de 2022 promet d’être riche en rebondissements dans l’actualité politique Ivoirienne avec la modification annoncée de la constitution à partir d’Avril 2022, en vue d’une restauration de la limite d’âge pour la présidentielle, à en croire le député-maire de Tiassalé, Assalé Tiémoko.

 

Dans le camp Gbagbo, la sortie de l’édile suscite déjà de vives réactions, et ce à quelques semaines de l’organisation du congrès constitutif du nouveau parti de l’ex chef de l’état, âgé de 76 ans, qui tomberait systématiquement sous le coup de ce plafonnage.

 

Depuis quelques jours, les partisans du prédécesseur d’Alassane Ouattara ne décolèrent pas dans leurs posts sur les réseaux sociaux et dans leurs interventions médiatiques pour dénoncer la réactualisation du débat sur la transition générationnelle, comme s’agaçait Damana Adia Pickass, vice-président du Front Populaire Ivoirien (FPI) chargé de la jeunesse, lors de l’enregistrement de l’émission ‘’Appels sur l’actualité’’ sur RFI : ‘’Est-ce qu'on veut nous faire croire qu'il faut qu'on opte pour un jeune à la tête de ce pays ? Ou il faut que dans les politiques mises en œuvre dans les partis politiques, les préoccupations des jeunes soient prises en compte. Il faut donner à la jeunesse la possibilité de peser sur le débat politique. Pour ce faire, il faut que nous ayons un régime démocratique’’.

 

Au niveau du PDCI-RDA, des cadres comme Jean-Louis Billon, secrétaire exécutif chargé de la communication, réclament déjà une alternance générationnelle à la tête du parti à l’horizon 2025. On tente de bousculer les lignes. Mais, pour quel résultat ? La question qui se pose aujourd’hui et certainement plus que jamais, c’est celle de l’avenir du président Henri Konan Bédié à la tête du parti septuagénaire.

 

 

Au RHDP, la succession d’Alassane Ouattara reste un tabou, même si à l’université de Cocody, sur le plateau ‘’d’Appels sur l’actualité’’, la ministre Belmonde Dogo, ministre de la solidarité et de la lutte contre la pauvreté, conditionnait le retrait de l’actuel chef d’état à celui de ses deux rivaux promotionnaires. Le cas Bédié reste l’une des grandes énigmes de la configuration électorale à l’aune du scrutin présidentiel de 2025.

 

Si dans les camps Gbagbo et Ouattara, le sentiment général semble écarter l’impératif de transition générationnelle pour la prochaine présidentielle, le débat pourrait virer à la crise dans un PDCI où nombreux sont ces cadres qui attendent leur heure et qui estiment qu’en 2025, à 91 ans, ‘’le Sphinx de Daoukro’’ sera trop affaibli pour mener une énième bataille électorale.

 

D’autres par contre à l’instar du président du groupe parlementaire du PDCI, Doho Simon jugent ce débat peu opportun pour le parti. ‘’ En ce qui concerne les récentes sorties de mon frère Jean-Louis Billon, je pense qu’il faut apporter un éclairage. Deng Xiaopin, un des grands dirigeants de la Chine, qui l’a transformé, a pris le pouvoir à l’âge de 70 ans et il a quitté le pouvoir autour de 90 ans. Ceci dit, nous n’allons pas nous battre sur les questions d’âge. Est-ce que le problème de la Côte d’Ivoire aujourd’hui est un problème d’âge ? Non.

 

Le problème de la Côte d’Ivoire c’est de pouvoir se retrouver et reconstruire la nation. S’il y a un Ivoirien, peu importe son âge, qui a la capacité d’apporter une contribution essentielle pour la reconstruction du pays, il faut l’y encourager. Ne faisons pas la politique de l’exclusion parce que c’est l’exclusion qui a amené le pays là où il est aujourd’hui. J’ai la chance d’être aux côtés du président Henri Konan Bédié et je note que ce Monsieur est un grand dirigeant, un grand chef qui a toutes ses capacités. Et même qui est plus intelligent que certaines personnes qui ont largement en dessous de son âge dans ce pays.

 

Sur ce point précis, n’engageons pas un faux débat. Les vrais débats, c’est comment nous faisons pour reconstruire la nation et comment le PDCI-RDA fait pour reconquérir le pouvoir qu’il a perdu. Ces débats d’âge, pour moi, sont des questions secondaires’’, indiquait-t-il à la fin Août dans une interview sur Operanews.

 

Le vin est tiré ! Il faut le boire. A l’approche du prochain scrutin présidentiel, l’avenir d’Henri Konan Bédié risque d’être une grosse pierre d’achoppement pour ceux qui le souhaitent partant.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alassane ouattara camp gbagbo pdci osera-t-il

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires