Sign in
Download Opera News App

 

 

Sommet sur la démocratie : Les cas Soro et Blé Goudé ont-t-ils influencé la décision de Joe Biden?

Pour le premier sommet sur la démocratie qu’elle organise les 09 et 10 Décembre prochain, l’administration Américaine dirigée par le président Joe Biden, a convié 110 pays, dont 16 états Africains à cette rencontre virtuelle censée réunir les modèles démocratiques les plus convaincants de la planète.

 

Dans la sous-région Ouest-Africaine, plusieurs états ont été conviés. Mais, Joe Biden et ses collaborateurs n’ont pas trouvé de place pour la Côte d’Ivoire, soigneusement évitée alors que certains de ses plus proches voisins tels que le Niger ou le Ghana ont été sélectionnés pour prendre part à cette première édition.

 

Pour le régime Ivoirien, absence de la liste des pays invités à ce sommet est d’autant plus embarrassante que l’avènement au pouvoir du Dr Alassane Ouattara en Avril 2011, avait suscité de gros espoirs à Washington, où le président Obama toujours dans la journée de ce 11 Avril, saluait ‘’une victoire pour la volonté démocratique du peuple Ivoirien’’. Dans la décennie qui s’en est suivi, Abidjan semble avoir déçu du côté de la Maison Blanche.

 

La gestion des contingences politiques notamment ces dernières années, a probablement dû peser lourd dans les critères de la Maison Blanche qui ont valu à la Côte d’Ivoire d’être ignorée. Lors de la crise électorale de 2020, la communauté internationale dans son ensemble, qui avait semblé attendrie par la disparition brutale de l’ex chef de gouvernement, Amadou Gon Coulibaly, dauphin désigné du président sortant, Ouattara, s’était unanimement prononcée en faveur de l’instauration rapide d’un climat de dialogue inclusif.

Un an plus tard, le régime en place à Abidjan peut certes se targuer d’avoir consenti à quelques avancées, notamment à travers la libération de certains prisonniers politiques, le retour effectif de l’ex chef d’état, Laurent Gbagbo ou la rencontre du 27 Juillet entre les deux rivaux de la crise postélectorale de 2010-2011. Manifestement, Washington attend des actes plus concrets dans le sens de l’apaisement alors que l’ex chef du parlement, Guillaume Soro demeure en exil.

 

Ployant sous le coup de condamnations judiciaires malgré les instances faites par la Cour Africaine de Justice auprès de l’état de Côte d’Ivoire aux fins d’une suspension de ces poursuites. Et plusieurs de ses proches restent incarcérés et ce, du fait de décisions de justice que la défense de l’ancien premier ministre a dénoncé comme arbitraires et dictées depuis la présidence de la république.

 

A cela, il faut ajouter le prolongement artificiel de l’exil de Charles Blé Goudé. L’ex leader de la galaxie patriotique, acquitté par la Cour Pénale Internationale (CPI) le 31 Mars dernier, attend toujours de se faire délivrer son passeport. Selon le gouvernement Ivoirien, le retard dans la délivrance du passeport de Blé Goudé se justifie par des lenteurs administratives. Un argument face auquel beaucoup ne cachent pas leur scepticisme.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alassane ouattara barack obama joe biden

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires