Sign in
Download Opera News App

 

 

Arrestation Roch Kaboré : un nouveau camouflet pour la Cedeao

Le coup d’État au Burkina Faso est acté. Selon des sources concordantes, le Président Roch Marc Christian Kaboré a été arrêté dans la nuit d’hier dimanche à ce lundi 24 janvier 2022. Les militaires burkinabè ne se sont laissé intimider les sanctions extrêmes que la Cedeao a fait pleuvoir sur le Mali. Un véritable camouflet !Roch Kaboré serait détenu dans un camp militaire (photo Web)

Et de trois ! L’Afrique de l’ouest francophone vient d’enregistrer un autre coup d’État. Il y a comme un effet contagion de ces aggiornamentos partis du Mali pour se métastaser graduellement. Après le Mali, il y a eu la Guinée et Maintenant, le Burkina Faso.

Que va faire la Communauté économique des États d’Afrique de l’ouest (Cedeao) qui s’était montrée particulièrement fébrile et intraitable quand les militaires ont pris le pouvoir à Bamako ? La vraie question semble être celle-ci : que peut encore faire les Président de l’espace francophone ouest africain qui voient tomber l’un après l’autre, leurs homologues civils ?

Ces Chefs d’État avaient décrété, le 09 janvier 2022 à Accra au Ghana, un blocus féroce sur le Mali en tentant d’étouffer son économie et assécher ses banques pour le priver de tout moyen de paiement. L’exercice avait pour but affiché de pousser les populations à la révolte contre la junte qui serait alors obligée de renoncer au pouvoir. Par ailleurs, dans la hantise de l’effet contagion, ces Chefs d’État voulaient ainsi décourager tous les velléitaires.

Rien de ces calculs n’a abouti. Bien au contraire ! Le Mali garde toujours la tête hors de l’eau du fait que trois de ses voisins lui ait gardé leurs ports ouverts, ainsi que leur espace aérien. Conakry, Nouakchott  et Alger se sont offertes en alternative, alors qu’Abidjan, Dakar, Accra, Lomé et Cotonou, ses débouchés traditionnels lui étaient fermés. Quant à la population, elle n’a jamais été aussi solidaire des militaires au pouvoir que depuis la nouvelle salve de sanction qu’elle éprouve durement.

Un os dans la gorge !

Après cette sorte d’échec au Mali, les Chefs d’État de la Cedeao se sont résolus à traiter avec plus d’à-propos le cas guinéen. Le Colonel Mammady Doumbouya s’était même permis le luxe de refuser de recevoir l’envoyé spécial de la Cedeao, le diplomate ghanéen, Mohamed Ibn Chambas et le ciel n’est pas tombé sur sa tête. Depuis, la junte guinéenne mène sa barque à son rythme et sans interférence intempestive.

Le nouveau coup d’État au Burkina Faso vient comme un os dans la gorge des Chefs d’État de la Cedeao. Le traitement du cas malien a mis gravement à mal leur crédibilité, du fait qu’ils sont apparus comme de simples faire-valoirs de la France et de ses alliés. Ce qui se passe actuellement au Burkina Faso risque fort d’enterrer définitivement toute la Cedeao !

Théodore Sinzé

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

Burkina Faso Cedeao Mali Roch Kaboré

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires