Sign in
Download Opera News App

 

 

Etablissement de la carte consulaire burkinabè : des délégués consulaires grognent contre SNEDAI


Le délégué consulaire d'Azaguié, Boureïma Kaboré, par ailleurs secrétaire général de la Coordination des délégués consulaires burkinabé en Côte d'Ivoire, entouré d'autres délégués consulaires burkinabé, a réuni la presse, le lundi 19 avril 2021, au consulat général du Burkina Faso, sis à Abidjan-Plateau, pour libre une déclaration. Pour lui, il était question de prendre à témoin l'opinion nationale et internationale sur une situation dont "nous ne sommes pas les seules victimes en tant que délégués, mais l'ensemble de la communauté burkinabé également".

Selon lui, "nous vivons des difficultés et des humiliations, voire un mépris total dans le processus d'établissement de la carte consulaire burkinabè de la part de la société concessionnaire qu'est SNEDAI". Et de faire savoir que, depuis quelques mois, la situation est devenue intenable, car, malgré le fait que "nous appelions toujours à une amélioration de la qualité du service, les choses ne font qu'empirer, avec notamment la rallonge du délai de délivrance de la carte qui est passée d'une semaine à un mois, voire plus. Vous vous imaginez un citoyen, de surcroît ressortissant d'un pays de l'espace Cedeao, vivre sans un pièce d'identité. Surtout quand on sait l'usage quotidien de ce document ?".

Boureïma Kaboré retient, en outre, que, fort de cette situation, eux, délégués de la  juridiction consulaire d'Abidjan, élus par la communauté burkinabé pour défendre valablement ses droits, et en qualité de représentants de ce fait du Consulat général dans leurs différentes localités, ont décidé de faire ce point de presse pour dénoncer les maux et le non-respect du cahier des charges de l'opérateur SNEDAI.

Le délégué consulaire d'Azaguié a affirmé que ce point de presse intervenait après plusieurs correspondances que les délégués consulaires burkinabé ont adressées à la société SNEDAI avec ampliation à leurs différentes autorités, notamment l'ambassade et le Consulat général sans succès. Pour ce faire, les délégués consulaires en question exigent la délivrance de toutes les cartes consulaires en instance de production et en souffrance depuis 2019 à ce jour; l'efficacité opérationnelle et technique des agents et du matériel d'enrôlement, notamment le manque de réseau constant (ndlr: la connexion internet) qui freine tous le processus et la vétusté des appareils; la production et la délivrance des cartes en 3 jours dans les consulats généraux et une semaine en itinérance; la révision et le respect des engagements verbaux et écrits pris avant le lancement de la carte en 2013 à l'endroit des délégués; la revalorisation des primes et le paiement mensuel de ces primes d'enrôlement. Mais, dans l'immédiat, ils sollicitent une rencontre avec le premier responsable de la société SNEDAI.

"Sans la prise en compte de ces préoccupations, nous marquons un arrêt des enrôlements dans nos différentes localités dès ce lundi 19 avril 2021", a révélé Boureïma Kaboré.

Marc-André Latta

 

Content created and supplied by: RogerLevry (via Opera News )

Abidjan Azaguié Boureïma Kaboré SNEDAI

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires