Sign in
Download Opera News App

 

 

Formation des blocs idéologiques : la preuve que Ouattara est en train d'imposer sa vision aux autres

En Côte d'Ivoire, les alliances politiques se font et se défont, très souvent, au détriment des idéologies politiques. Et pourtant, le paysage politique ivoirien montre que, de plus en plus, les regroupements idéologiques seront incontournables.

De retour dans son pays depuis le mois de juin, le président Laurent Gbagbo est en train de bâtir une nouvelle ligue politique. Aussi a-t-il demandé, dans cet élan, à certains de ses sympathisants, dirigeant des partis relativement moins implantés, à le rejoindre. Dans cet élan, Stéphane Kipré et l'UNG ont décidé le samedi 25 septembre dernier, à Yamoussoukro, de répondre favorablement à cet appel.

Mieux, le président de l'UNG a même justifié le sens d'une telle décision politique. « La Côte d'Ivoire notre pays, à l'instar de plusieurs autres dans le monde est à l'heure du rassemblement des blocs idéologiques pour mener à bien les combats politiques. Nous devons éviter, dans un tel contexte, de nous isoler et d'évoluer en vase clos, repliés sur nous-mêmes », affirmait-il.

Comment pouvait-il en être autrement ? Il a longtemps été dit en Côte d'Ivoire qu’aucun parti à lui seul ne pouvait gagner une élection présidentielle. Pour contourner cet obstacle, Alassane Ouattara a décidé de promouvoir l’idée d'un rassemblement de ceux qui partageaient les mêmes idéaux. Même si ses alliés ne se sont pas alignés à sa vision du RHDP, le président de ce parti a envoyé des signaux qui permettent de comprendre qu’il sera de plus en plus difficile pour les partis de vouloir évoluer en singleton.

En octobre 2020, par exemple, Alassane Ouattara révélait à Paris Match qu’il était favorable à des élections de clarification n’opposant que très peu de prétendants. « (…) J’ai toujours rêvé d’une élection à l’américaine, avec deux grands candidats. Cela clarifierait le débat », révélait Alassane Ouattara à Hervé Gattegno et Caroline Mangez, envoyés spéciaux de Paris Match.

Certainement, dans cette même vision, de nouveaux garde-fous ont été trouvés en 2020 pour éliminer de nombreuses intentions de candidatures à la présidence de la République. C’est l’exemple du système de parrainage. On se rappelle que sur la quarantaine de candidatures, seules quatre avaient été retenues par le Conseil constitutionnel.

Cela montre clairement que pour atteindre son objectif, Alassane Ouattara a trouvé des leviers à actionner. Dans un tel élan, les partis ont, tous, intérêt à se ressembler sur la base de l’idéologie pour avoir demain, droit de cité, dans le marigot politique ivoirien. N'est-ce pas, peut-être, dans cette optique qu'Alassane Ouattara a titillé ses adversaires politiques ; lui qui se demande quel programme commun pourront proposer un socialiste et un libéral dans le cadre d'une alliance ?


Dégnimani Yéo

Content created and supplied by: Dégnimani_Yéo (via Opera News )

alassane ouattara côte d'ivoire laurent gbagbo rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires