Sign in
Download Opera News App

 

 

Le PPA-CI, parti panafricaniste, Laurent Gbagbo justifie ce nouveau virage

Depuis ce week-end le paysage politique ivoirien s’est enrichi d'une nouvelle formation politique, le Parti des Peuples Africains-Côte d'Ivoire avec pour premier président l'ex Chef de l'Etat Laurent Gbagbo. Sur le plan idéologique cette formation épouse des valeurs de gauche (un parti socialiste et souverainiste) avec cette fois-ci un plus à savoir son caractère panafricaniste. 

Le PPA-CI rejoint donc le parti de Charles Blé Goudé le Congrès Panafricain pour la Justice et l’Egalité des Peuples (COJEP) sur le terrain du panafricanisme cher à Kwamé Nkrumah.

L’historien, Laurent Gbagbo est plus que conscient que le salut de l'Afrique réside en des espaces politiques, économiques et culturels harmonisés, plus vastes loin des frontières étriquées de micro-Etats contenus dans des frontières héritées des indépendances. Pour lui, le monde à venir sera celui de grands ensembles géographiques et si d’Afrique veut être de ce rendez-vous il faudra forcément s'unir.

« Le panafricanisme n'est pas un slogan, c'est une réalité » a clamé Laurent Gbagbo avant d’expliquer « Quand vous avez une certaine taille, petite, et que vous n'avez que le cacao à proposer, vous ne vous bandez pas les muscles pour vous promener devant les gens». A titre d’illustration, le président du PPA-CI montre l'Afrique et l’Amérique latine deux parties du monde encore déshéritées en proie à la misère parce qu’encore fragmentées en petits États contrairement à de grands ensembles presqu’homogènes où une relative prospérité est presqu'une réalité.

« C'est pourquoi il faut que les États africains s'unissent. C'est pourquoi il faut que le PPA-CI fasse appel aux autres partis progressistes pour que nous nous unissions » a lancé Laurent Gbagbo qui se veut le fer de lance de cette offre. Comment cela se fera t-il et dans quel cadre ? Les Etats africains qui peinent encore à construire des Etats-nations accepteront ils de céder une partie de leur souveraineté à un plus grand ensemble comme c’est le cas avec l'Union Européenne ? Les dysfonctionnements observés dans les organisations sous-régionales avec les nombreux obstacles et entraves à la libre circulation des biens et des personnes en sont un aperçu.

Se prononçant par la même occasion sur son avenir politique et sur les spéculations allant bon train quant à son éventuel retrait de la scène politique, le Woody de Mama a répondu avec l’humour que les ivoiriens lui connaissent « Mais quand j'ai commencé la politique, est-ce que je leur ai demandé leur avis ? » sous un tonnerre d’applaudissements avant de poursuivre « Moi, je ferai de la politique jusqu'à ma mort » a-t-il lâché encore sous les acclamations de quelques 1600 congressistes. Si Laurent Gbagbo a clairement affirmé son désir de passer le témoin, il est toutefois demeuré énigmatique quant au rôle qu’il entend jouer dans un futur plus ou moins lointain « c'est moi, et moi seul, qui déciderai sous quelle forme je fais de la politique » a-t-il affirmé.

Content created and supplied by: SGB78 (via Opera News )

Laurent Gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires