Sign in
Download Opera News App

 

 

Affaire "Yann Bahou rapatriée du Gabon": un diplomate ivoirien fait de graves précisions

L'animatrice Yann Bahou

Un diplomate ivoirien s'est invité dans le débat sur le traitement infligé à Yann Bahou par la police des frontières du Gabon. L'animatrice a été rapatriée en Côte d'Ivoire après après avoir passé la nuit au violon. 

Sous le sceau de l'anonymat, le diplomate a fait certaines précisions que le grand public ignore. "Je voudrais clarifier les choses afin de dissiper les nuances et surtout les incompréhensions. En matière de déplacements/voyages internes et/ou internationaux, et cela est valable partout dans le monde, un certain nombre de profession est assujettie/conditionnée aux strictes respects de la réglementation et sans négociation, parmi lesquels le corps de métier en lien avec la presse/média (y compris l’animation télé/radio), corps de métier en lien avec les forces de sécurité et de défense (policier, militaire, agents porteurs d’armes à feu, etc), corps judiciaire et puis nous le corps de la diplomatie et/ou fonctionnaire international en arrimage avec toutes les personnes qui exercent une fonction ou un rôle politique reconnue. Ces catégories de personnes doivent avant tout voyage à l’étranger (que ce soit une simple visite aux amis, à son époux/épouse, cadre tourisme, familial, etc), présenter un ordre de mission ou de congé/voyage hors du pays avec une explication précise de l’objet. Autrement, tu es arrêté ou refoulé à l’aéroport ou en zone frontalière", dit-il.

Le diplomate poursuit pour dire que, dans le cas de Yann Bahou, la Capitaine de police gabobaise a été peu sévère sinon l'ivoirienne méritait un emprisonnement ferme sur le territoire gabonais. "Avec son statut (exercice dans le média) elle venait de commettre une violation territoriale/sécuritaire. Et même l’Ambassade de Côte d’Ivoire ne pouvait rien faire (sauf la négociation pour éviter l’incident diplomatique)", souligne-t-il.

Il poursuit pour faire remarquer que c'est pourquoi qu’ailleurs dans le monde certains pays ne précisent pas ou ne précise plus la fonction dans les passeports ordinaires (sauf les passeports diplomatiques et de services) mais la Côte d’Ivoire est en retard sur ce point. Il conclue que les flics à l’aéroport de Libreville n'ont fait que leur boulot.

"La loi c'est la loi. Est-ce pour autant qu'il faille infliger un traitement inhumain aux individus qui ignorent ces règles ? Et puis, à quoi sert l'ambassade du Gabon en Côte d'Ivoire ? Cette ambassade peut ne pas délivrer des visas à ceux qui ne remplissent pas les conditions ou alors expliquer les conditions supplémentaires à remplir pour les personnels dont parle le diplomate", réagit un journaliste d'une chaîne de télévision internationale.

Dan Opéli

Content created and supplied by: Dan_Opeli (via Opera News )

côte d'ivoire gabon yann bahou

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires