Sign in
Download Opera News App

 

 

Retour de Laurent Gbagbo : Or donc «les autorités craignent de le voir agiter la rue» (Crisis Group)

Dans un entretien accordé à TV5 Monde cette fin de semaine, Rinaldo Depagne, directeur de projets Afrique de l'Ouest pour l'ONG International Crisis Group, il est revenu sur le retour de Laurent Gbagbo, acquitté de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, où il était détenu depuis 2011.

Il était en effet, poursuivi pour les violences post-électorales liées à son refus de reconnaître sa défaite face à Alassane Ouattara à la présidentielle de 2010, lesquelles violences ont fait quelque 3.000 morts.

« Le 7 avril 2021, le président Alassane Ouattara a autorisé son rival à rentrer dans son pays quand il le souhaitait. M. Gbagbo, qui a gardé la haute main sur le parti qu'il a créé, le Front populaire ivoirien (FPI), entend participer, d'une façon qui reste encore floue, à la politique de "réconciliation nationale". Ce serait une bonne chose, car il a un poids considérable dans l'histoire politique de ce pays », a-t-il précisé.

Avant d’ajouter ceci : « Malgré tout, les blessures ne sont pas refermées et les autorités craignent de le voir agiter la rue, ce qui est une de ses marques de fabrique ».

La crainte des autorités se justifie par l’engouement autour de l’organisation et l’accueil en pompe réservé à l’ancien président par ses parents et nombreux militants.

Mais ce ne sont que des suppositions.

Car après dix ans passés en dehors de la Côte d’Ivoire et conscient des lourdes conséquences des violences de 2010 et 2020, Laurent Gbagbo optera sans doute pour la paix et la réconciliation des Ivoiriens.

Nathanael Yao

Content created and supplied by: Africanewsquick.net (via Opera News )

alassane ouattara crisis group haye laurent gbagbo rinaldo depagne

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires