Sign in
Download Opera News App

 

 

Crise post-électorale de 2010, pardon aux victimes : Ouattara-Gbagbo, l'heure des vrais comptes

Mettre les problèmes sur la table, les discuter et dégager les responsabilités. Voici la condition sinequanone posée par Laurent Gbagbo avant le pardon aux victimes de la crise post-électorale. Une proposition qui a le mérite d'être clair et faisable. En 2010, deux camps se sont affrontés, le pardon ne doit pas être incombé au camp perdant de la guerre. Chaque partie est responsable du chaos survenu en Côte d'Ivoire. Plus de dix ans après la lumière n'a toujours pas été faite sur le degré de responsabilité des protagonistes. D'autant plus avec l'acquittement définitif de Laurent Gbagbo à la cour pénale internationale.

La Commission Dialogue Vérité Réconciliation (CDVR), dirigé par Konan Banny, avait remis ses conclusions et ses recommandations au chef de l'État. Jusqu'à présent ce dossier est resté sans suite. Par ailleurs, le retour de Laurent Gbagbo a permis de renouer le dialogue entre les anciens rivaux. En revanche, il faut éviter l'erreur de vouloir tourner la page sans faire le bilan et surtout situé les responsabilités de ce qui est arrivée. Dorénavant, Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo se sont engagés dans une logique de dialogue et de réconciliation nationale. Cependant, leurs volontés communes de se projeter vers l'avant et de laisser tomber les divisions du passées ne doivent pas détourner leurs regards du plus important : responsabilité et pardon aux Ivoiriens sur tout ce qui est arrivée.

H.L.V

Pensez-vous qu'un jour Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo reconnaîtront chacun leur responsabilité dans la crise post-électorale de 2010 et demanderont pardon aux Ivoiriens ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans la zone «Ajouter un commentaire».

Content created and supplied by: HenocleVeinard (via Opera News )

alassane ouattara côte d'ivoire laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires