Sign in
Download Opera News App

 

 

L'affaire IB : Il y a 10 ans, l'un des plus grands putschistes ivoiriens se faisait tuer à Abidjan

Ce 27 avril, cela fait exactement 10 ans que le soldat Ibrahim Coulibaly dit IB se faisait tuer à Abidjan, au terme d'un assaut lancé contre lui à Abobo. 27 avril 2011 – 27 avril 2021 : il y a 10 ans donc, l'un des plus grands putschistes ivoiriens se faisait tuer par ses frères d'armes à Abidjan.

Nous sommes en fin avril 2011 à Abidjan. Il y a environ deux semaines maintenant que le régime de Laurent Gbagbo est tombé. Mais le nouveau pouvoir d'Abidjan n'a pas encore pris le contrôle sécuritaire de tout le pays. À Abobo, Ibrahim Coulibaly et ses hommes donnent encore du fil à retordre à Alassane Ouattara et son pouvoir depuis son dernier retranchement du PK18. Il faut désormais agir. Et le 27 avril 2011, l'assaut final est lancé contre celui qui a été l'un des cerveaux de la rébellion de 2002. Au soir de ce jour-là, s'en était fini pour ce soldat omniprésent dans les mouvements rebelles en Côte d'Ivoire. 

Dire d'Ibrahim Coulibaly qu'il a été l'un des plus grands putschistes de Côte d'Ivoire n'est pas une hyperbole. Et pour cause, le natif du Worodougou a participé à presque tous les coups subversifs que la Côte d'Ivoire a connus jusqu'en 2010. En effet, Ibrahim Coulibaly est l’un des artisans du coup d'État militaire contre Henri Konan Bédié, le 24 décembre 1999. En désaccord avec Robert Guéï et opposé au régime de Laurent Gbagbo, IB participe aussi, en janvier 2001, à ce qui fut baptisé le complot de la « Mercedes noire ». Après l'échec de ce coup visant à déposer Laurent Gbagbo, Ibrahim Coulibaly remonte à la charge. Le 19 septembre 2002, il est l'une des têtes pensantes de la rébellion armée. Ses brouilles avec Guillaume Soro l'exilent en France puis dans d'autres pays de la sous-région dont le Bénin.

Cependant, l'exil ne décourage pas ce soldat de ses appétits subversifs. En août 2003, IB est arrêté à Paris, soupçonné d’avoir participé à un complot visant à assassiner Laurent Gbagbo. En juillet 2007, les Forces nouvelles (FN) fidèles à Guillaume Soro accusent l'ancien chef rebelle d’être à l’origine de la tentative d’assassinat qui a visé l'avion du Premier ministre ivoirien. L'avion de Guillaume Soro a été mitraillé alors qu'il s'apprêtait à atterrir à l’aéroport de Bouaké. En janvier 2008, un mandat d’arrêt international est lancé par le tribunal militaire d’Abidjan contre Ibrahim Coulibaly. Il est accusé de tentative de putsch, un autre « Noël à Abidjan » prévu à la fin décembre 2007 contre le président Laurent Gbagbo.

Ibrahim Coulibaly est décédé à l’âge de 47 ans le 27 avril 2011, sans avoir pu réaliser son dernier vœu ; celui d'avoir un tête-à-tête avec son ancien mentor Alassane Ouattara. À l'époque, Premier ministre et ministre de la Défense, Guillaume Soro se serait opposé à cette entrevue prétextant d'un désarment préalable du chef du « commando invisible ». Il y a dix ans donc, tombait à Abidjan Ibrahim Coulibaly sous l'assaut de ses anciens compagnons de la rébellion. 


Dégnimani Yéo


https://www.jeuneafrique.com/978222/politique/cote-divoire-guillaume-soro-et-le-fantome-dib/


https://www.liberation.fr/planete/2003/09/20/autopsie-d-un-putsch-ivoirien-avorte_445590/

Content created and supplied by: Dégnimani_Yéo (via Opera News )

alassane ouattara côte d'ivoire henri konan bédié ibrahim coulibaly laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires