Sign in
Download Opera News App

 

 

Vers une déroute de la justice dans le procès des pro-Soro ? La justice se fourvoie avec les preuves

Au bout de plus de deux semaines de procès des cadres de GPS, proches de l'ex chef du parlement, Guillaume Soro, il paraît évident qu’il sera très difficile pour la justice Ivoirienne de convaincre l’opinion de la justesse des accusations de complot contre la sûreté de l’état, dont sont accusés l'ancien premier ministre et ses proches.

Depuis le 19 Mai dernier, les juges semblent tourner en rond. Tous les éléments de preuve brandis pour justifier les poursuites judiciaires contre les accusés restent difficiles à recoudre pour établir leur culpabilité.

La bande audio, principal élément compromettant pour le camp Soro, date de 2017, et les armes retrouvées à la résidence de l'ex PAN à Assinie, estimées à une vingtaine au plus, de surcroît rouillées, ne peuvent en aucun cas inquiéter une armée régulière, au point de renverser les institutions de la république.

Pourtant, en dépit de la précarité des éléments de preuve brandis, il faut bien susciter un justificatif pour couvrir 18 mois de détention que les accusés ont passés en prison. C’est là que le bât blesse ! Avec des pièces à conviction aussi maigres, la tâche devrait s’avérer ardue pour l’accusation.


À moins d’un revirement spectaculaire, et à l’allure à laquelle échouent les tentatives de faire avouer les accusés, l'issue de ce procès devrait être favorable aux pro-Soro. 

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires