Sign in
Download Opera News App

 

 

Le Grand Secret des Roses-Croix révélé. Tenez-vous bien

Nous nous tournons aujourd’hui vers l’illustre Ordre de la Rose-Croix qui c’est implantée aux quatre coins du monde. C’est sous un angle révélateur que nous abordons ce sujet riche en mystères et en énigmes. Révélons dès à présent le grand secret des Roses-Croix.

Fondation et Révélation

Au début du 17ème siècle paraissent en Allemagne les manifestes de la fraternité de la Rose-Croix. La Rose-Croix y est présentée comme un ordre secret qui aurait été fondé au 15ème siècle par un personnage mythique, Christian Rosenkreutz. Relevant de l'hermétisme chrétien, du néoplatonisme et du paracelsisme, ils en appellent aux savants et aux gouvernants de l'Europe, proposant de leur révéler leur mystérieuse sagesse.

Enseignements, développement et pouvoir

Il faut savoir que la Rose-Croix est une école de mystère qui s’attelle à enseigner la sagesse et la maîtrise de soi à ses membres. Ceux-ci sont après plusieurs années au sein de l’Ordre capable de développer certains pouvoirs mystiques que le commun des mortels n’a pas encore acquit. On parle par exemple du pouvoir de guérison. Les Rosicruciens accordent une grande importance à la santé humaine, d’où l’idée d’enseigner à ses membres des techniques pour se guérir eux-mêmes et les autres.

Évidement beaucoup de non-initiés pourront trouver cela absolument impossible à appréhender. Comment en effet comprendre qu’avec la simple pensée humaine et certains gestes l’on peut guérir autrui. Pourtant les Rosicruciens le savent bien et cela n’est pas un secret pour eux.

En 1617 Michael Maier, l'influent médecin de l'empereur Rodolphe II, prit fait et cause pour les Rose-Croix voyant en eux les héritiers d'une antique tradition philosophique. L'Anglais Robert Fludd, qui publie en Allemagne, médecin et auteur d'un certain nombre de traités rosicruciens, était aussi un porte-parole de cette fraternité. Fludd et Maier furent les principaux défenseurs et promoteurs des rose-croix, leur donnant leurs lettres de noblesse et accréditant l'existence d'une fraternité immémoriale de sages possédant toutes connaissances et vertus. Ils expliquèrent et développèrent les idées rosicruciennes en y adjoignant certaines qui leur étaient propres.

La mort chez les Rosicruciens

Pour les Roses-Croix, les âmes des hommes sont immortelles. Ainsi, à la mort d’un être cher, ceux-ci restent persuadés que ce dernier finira par se réincarner dans un autre corps afin de revivre à nouveau tout comme le soleil qui se lève après s’être couché. Considérant ce mouvement du levé et du couché comme éternel et perpétuel ils attribuent à l’homme l’étiquette de vivre éternellement par sa lumière intérieur (la Rose).

D’imminents Rosicruciens

Afin d'accréditer l'existence et l'influence de la fraternité, les auteurs rosicruciens ont souvent mis en avant les relations que des personnalités illustres, notamment Descartes, Leibniz et Comenius, mais aussi Spinoza ou Newton, auraient eues avec la Rose-Croix. Ces relations iraient parfois jusqu'à l'appartenance effective à l'ordre.

Descartes  (1596-1650) séjournait en Hollande et en Allemagne de 1618 à 1622, au plus fort de l'affaire des Rose-Croix. Il semble s'y être intéressé car d'après son premier biographe, Adrien Baillet, il aurait dit : « Si les Rose-Croix étaient des imposteurs, il n’est pas juste de les laisser jouir d’une réputation mal acquise aux dépens de la bonne foi des peuples.

Vers 1666, le philosophe et mathématicien allemand Gottfried Wilhelm Leibniz devint membre de la « Rose-Croix d’or» de Nuremberg et en fut secrétaire pendant deux ans.

Abonnez-vous afin de ne pas rater la suite de l’article sur le « Grand Secret des Roses-Croix » qui paraîtra bientôt.

Content created and supplied by: Vrylaergö (via Opera News )

grand secret

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires