Sign in
Download Opera News App

 

 

Souvenir : Un 3 juin, Le religieux Charles Lwanga était brûlé vif

Le 3 juin 1886, Charles Lwanga, un religieux, est brûlé vif à Namugongo (à 10 km de Kampala, en Ouganda). Depuis octobre 1964, Lwanga et ses 21 compagnons ont été canonisés par le Pape Paul VI [au cours du Concile Vatican II] et proclamés "Martyrs de l'Ouganda".


Âgés entre 14 et 30 ans, ces jeunes faisaient partie du groupe des pages ou de la garde du roi Mwanga. Néophytes et fermement attachés à la foi catholique, ils refusèrent de se soumettre aux désirs impurs du roi et furent soit égorgés par l'épée, soit jetés au feu.


Voici leur histoire :


(a) L’évangélisation du Buganda (sud de l’actuel Ouganda) commence en 1879. Deux Missionnaires d’Afrique (Pères blancs), Simon Lourdel et Léon Livinhac arrivent à Entebbe (ancienne capitale d’Ouganda) et sont pacifiquement reçus par le roi, Mutesa qui les autorise à ouvrir un catéchuménat, préparant au baptême quelques autochtones. Les pères Lourdel et Livinhac baptisent alors quelques catéchumènes mais également des enfants agonisant suite à une épidémie de variole. Ils quittent ensuite Entebbe de 1882 à 1885, pressentant déjà la persécution.


(b) À la mort du roi Mutesa, son fils Mwanga est, a priori, favorable au christianisme et demande aux missionnaires de revenir après 3 ans d’exil. Aidés par les nouveaux baptisés, notamment Joseph Mukasa, intendant du roi, les missionnaires continuent leur évangélisation. Mais leurs activités commencent à gêner le premier ministre ainsi que dignitaires locaux. Ils finissent par convaincre le roi que les chrétiens ourdissaient un complot dans le but de le renverser. Joseph Mukasa est la première victime de la persécution du roi Mwanga contre les catholiques. Il est décapité et son corps, brûlé le 15 novembre 1885. Le tyran espérait décourager tous les néophytes en tuant leur chef. Mais rien n’y fait. Le lendemain du martyre de Joseph, 12 catéchumènes demandent le baptême et 500 autres sont baptisés la même semaine.

(c) Le 25 mai 1886, le roi Mwanga égorge un page de 14 ans, Denis Sebuggwao, après avoir été informé qu’il apprenait la catéchèse. Le 26 mai, il déclare ouverte la persécution contre les chrétiens. André Kaggwa, un autre page est amputé puis tué. Le même jour, le roi ordonne que tous les pages chrétiens soient brûlés vifs. Les plus connus seront Denis Sebuggwao, André Kaggwa, Achille Kiwanuka et Pontien Ngondwe. En plus d'eux, 14 autres pages sont condamnés à mort. Ils seront livrés au feu le 3 juin.

(d) Un des célèbres martyrs restera Charles Lwanga. C'était un grand athlète d’une vigueur peu commune. Le roi lui avait confié un groupe de pages à qui il enseignait, en cachette, le catéchisme. Le roi décida de le brûler à part, d’une manière particulièrement cruelle. Il est dit que quand le bourreau alluma le feu, pour brûler les pieds de Charles Lwanga, celui-ci lui dit : "tu me brûles, mais c’est comme si tu versais de l’eau pour me laver !" 


(e) Un autre des martyrs les plus connus est Kizito, 13 ans, page du roi, le plus jeune du groupe. "Donne-moi la main : j’aurai moins peur", aurait-il dit à Charles Lwanga, dans l’attente du bûcher. Le dernier des martyrs est Jean-Marie Muzei. Il se livre lui-même au roi, las de se cacher pour vivre sa foi. Il est décapité le 27 janvier 1887 et son corps jeté dans un marécage.


(f) Les autres martyrs de l’Ouganda sont : Adolphe Ludigo Mkasa, Ambroise Kibuka, Anatole Kiriggwajjo, Athanase Bazzekuketta, Bruno Seronuma, Jacques Buzabali, Gonzague Gonza, Gyavira, Luc Banabakintu, Matthias Kalemba, Mbaya Tuzinde, Mgagga, Mukasa Kiriwanwu, Noé Mawaggali.


En plus des 22 martyrs catholiques 23 chrétiens anglicans sont tués dans la même période.


Et le 16 août 1912, le pape saint Pie X déclare vénérables les Charles Lwanga et ses compagnons. Ils sont béatifiés le 6 juin 1920, puis canonisés le 18 octobre 1964. Saint Kizito et Saint Charles Lwanga seront proclamés "Patrons de la jeunesse africaine".

Content created and supplied by: Kouiti (via Opera News )

charles lwanga kampala vatican ii ]

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires