Sign in
Download Opera News App

 

 

Polygamie en Côte d’Ivoire: devons-nous la légaliser comme 25 autres pays africains? avis et témoignages

Polygamie en Côte d’Ivoire: Devons-nous la légaliser comme les 25 pays africains?; Avis et témoignage

De nombreuse familles, épouses, enfants et époux en Afrique et en particulier en Côte d’Ivoire souffrent de la polygamie. Cette pratique est à la base, de problèmes et de divisions dans les foyers.

Qu’est-ce-que la Polygamie ?  

Selon le site d’information www.areion24.news, qui stipule que <<la polygamie est un terme générique pour désigner deux pratiques distinctes : la polygynie, d’une part, c’est-à-dire l’union d’un homme avec plusieurs femmes, et la polyandrie, d’autre part, à savoir l’union d’une femme avec plusieurs hommes. 

Le terme « polygamie » s’est imposé dans le langage courant pour désigner une pratique de vie commune entre un homme et plusieurs femmes, c’est un abus de langage et la polyandrie a presque totalement disparu et n’est légale dans aucun pays du monde>>

Quelques chiffres de pays où la polygamie est légalisée

Si dans certains pays africains (au nombre de 25 dont le Kenya, le Sénégal, le Togo, le Niger, le Mali, le Cameroun, etc.), la polygamie est légalisée, ce n’est pas encore le cas en Côte d’Ivoire.


Le site https://www.elle.ci donne quelques statistiques en Afrique <<En 2010, au Burkina Faso, 42,4 % des personnes mariées vivaient en union polygame contre 54,7 % en 1998. En Guinée, ce taux s’élevait à 47,9 % en 2012 contre 53,1 % en 2005, et, au Sénégal, 35,2 % des individus mariés vivaient en union polygame en 2013 contre 38,1 % en 2002. Dans ce dernier pays, les polygames représentent 23,1 % du nombre d’hommes mariés et la proportion des femmes s’élève à 44 %. >>


Que dit la loi ivoirienne sur la polygamie ?

En Côte d’Ivoire, le code civil prohibe officiellement la polygamie mais <<les restrictions légales ne sont pas véritablement appliquées>> selon le site WEST AFRICA BRIEF

Le projet de loi sur le mariage affirme en son article 1 « le mariage est l’union d’un homme et d’une femme célébrée par devant l’officier d’état civil », et à l’article 3 « Nul ne peut contracter un nouveau mariage avant la dissolution du précédent constatée soit par une décision devenue définitive, soit par un acte de décès »

L’Article 391 du code pénal ivoirienne dispose : <<Sont punis d’un emprisonnement de deux mois à un an, la femme convaincue d’adultère, ainsi que son complice.>>

<< Est puni de la même peine le mari qui, dans la maison conjugale commet un adultère, ou qui, hors de la maison conjugale, a des relations sexuelles habituelles avec une femme autre que son épouse>>

La loi ivoirienne en ses articles consigne le ou la polygame. Autrement dit, elle censure et condamne toutes personnes ayant des relations sexuelles avec autrui qui n’est pas son ou sa compagne lié(e) par les liens sacrés du mariage. 

Malgré la connaissance des textes juridiques, dans la société ivoirienne, on dénombre plusieurs cas d’infidélité aussi bien chez les hommes que chez les femmes. 

Ces maints cas touchent toutes les classes sociales.

Généralement, une fois que l’infidélité consommée, les mères de famille sont les premières à subir toutes sortes de frustration (palabre, maltraitance, injure etc.) et les enfants à leur tour se déchirent quand cela en vient au divorce.

Témoignage d’un jeune homme originaire de l'ouest affirme: « Notre père était un corps habillé. Au retour de chaque mission ou voyage, notre mère arrivait à découvrir toujours qu’il l’avait trompé. Et cela s’avérait. Résultat, plusieurs enfants au dehors. Ce cas d’adultère a beaucoup fatigué notre mère jusqu’à un jour elle a voulu se tuer. À la maison, c’était des palabres à ne point finir où le visage de notre mère se défigurait. Triste mais c’est la réalité. L’adultère n’est pas une bonne chose car cela a créé des divisions au sein même des enfants. »

Par contre, certaines femmes acceptent la polygamie et en demande à leurs époux. Dans d’autres cas c’est la femme insatisfaite de son mari, commet l’adultère. 

Pour certains hommes et femmes interrogés, l’argument majeur qui poussent l'adultère disent-ils qu’un seul conjoint ne suffit pas pour satisfaire sa libido. 

En analysant ces faits, devons-nous légaliser la polygamie en Côte d’Ivoire ?

Cette question divise la société ivoirienne pratiquement avec un même taux de pourcentage.

Si la polygamie est blâmée par loi ivoirienne, une autre question se pose : Que dit la religion sur cette pratique ?


  

Content created and supplied by: moreannonce (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires