Sign in
Download Opera News App

 

 

Eglises protestantes et évangéliques : ces contradictions internes qui les fragilisent

Le départ du Président Laurent Gbagbo du milieu des évangéliques est une excellente occasion de marquer un point d’arrêt sur les profondes contradictions et les divisions qui les plombent.

On assiste, il faut le dire, à une habitude de la « contestation » et de la « critique » réciproque ces églises. Car, ne l’oublions pas, celles-ci sont effectivement nées des critiques de l’église catholique par Luther, un moine, professeur de théologie (sur la vente des indulgences) qui finira par être excommunié en 1521 par le pape Léon X.

Ce lourd héritage de remise en cause de doctrines semble s’être enraciné au sein de ces églises, dans leur propre indépendance.

D’abord la floraison de ministères protestants ou évangéliques  avec des dénominations à couper le souffle témoignage de l'existence de grands désaccords entre des pères fondateurs dans ces ministères. 

En effet, ceux-ci quittent en général les ministères d’origine, pas par révélation d’un appel authentique de Dieu, mais par la mauvaise gestion du leadership dans l’église, faisant comme de ces maisons de prières, des lieux de discorde.

Les « dissidents » créent par la suite d’autres ministères et la chaîne s’allonge ainsi de nouveaux maillons.

Mis à part ces sujets internes aux églises, se pose l’épineuse question de critiques réciproques des doctrines car, soulignons-le encore, chaque leader fonde son ministère en élaborant sa propre doctrine à partir de l’interprétation d’un verset ou une idée suggérée dans la Bible, nonobstant que l’apôtre Paul recommande dans le livre de Hébreux chapitre 6, dans les deux premiers versets, ceci:

« ‭C’est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux œuvres mortes, ‭de la doctrine des baptêmes, de l’imposition des mains, de la résurrection des morts, et du jugement éternel. »

Tout y passe comme les questions de dîmes, de l’enseignement des femmes dans les assemblées, la question de la consommation de vin …

Le survol de la disposition de Saint Paul est la base de la récurrence de nouvelles doctrines ou l’exacerbation de celles qui sont citées dans le passage indiqué.

La conséquence est que des serviteurs de Dieu s’érigent en dénonciateurs sur la place publique des pratiques des églises locales quand d’autres, ailleurs, se vantent de détenir « la vraie pratique venant de Dieu ». 

De profondes contradictions et oppositions de ces hommes de Dieu (qui rendent ministère tantôt sous des hangars de fortunes, tantôt dans de superbes bâtisses) finissent par fragiliser ces assemblées.

Quelles sont les causes de ces résultats observées sur les terrains missionnaires ?

Difficiles de répondre avec précision. Toutefois, la formation dans les écoles pastorales avec des curriculum diversifiés ( chaque église a en effet sa propre école de formation de ses pasteurs) et le manque de formation initiale ou continue peuvent en être la cause.

Aussi, la mise en place d’une université des protestants et des évangéliques pourrait freiner cette tendance. On le voit, la stabilité et la constance des prêtres catholiques en est un témoignage édifiant, et ils finiront par rappeler tous leurs anciens fidèles dans ces ministères de discordes.


Constant Ouraga Dali

Content created and supplied by: OuragaDConstant (via Opera News )

eglises protestantes laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires